Menu
Suivez-nous
Recherche

Fin des plastiques jetables à Montréal: comment se préparer à cette transition?

Par La Rédaction | 7 octobre 2021 | À la une | Ville

Dans 18 mois, plusieurs produits jetables en plastique seront interdits à Montréal. Arnaud Budka, qui interviendra lors de la Conférence Novae – Plastique, le 19 octobre, fait le point sur les tenants et aboutissants de cette nouvelle réglementation.

La Ville de Montréal annonçait à la fin de l’été l’adoption imminente d’une nouvelle réglementation visant à interdire l’utilisation de certains objets de plastique à usage unique. La réglementation, qui vient d’être adoptée en conseil municipal, sera effective dans 18 mois.

Cette réglementation s’inscrit dans le cadre du Plan directeur de gestion des matières résiduelles 2020-2025, dont le premier objectif vise la réduction à la source. C’est ce à quoi va s’appliquer cette nouvelle réglementation sur le plastique. «Le message est que, plutôt que de chercher à détourner la matière qui se retrouve à l’enfouissement, il faut réduire à la source cette quantité de matière», explique Arnaud Budka, directeur, Gestion des matières résiduelles, de la Ville de Montréal.

En ce sens, trois catégories de déchets sont ciblés : ceux issus du gaspillage alimentaire, le textile et le plastique. «On connait les problèmes qu’occasionnent les déchets de plastique, qu’il s’agisse de la contamination des océans ou de l’omniprésence de cette matière dans l’environnement. L’autre enjeu est le manque de filière de recyclage pour les petits éléments, difficiles à trier et dont le taux de récupération est très bas.» Pensons ici aux pailles et autres bâtonnets visés par la nouvelle réglementation, comme le sont également les barquettes, gobelets en polystyrène expansé (le plastique #6) et, plus généralement, tous les verres en plastique – des produits pour lesquels il existe aujourd’hui des alternatives moins dommageables pour l’environnement. L’une de ces alternatives, a priori intéressante, est toutefois bannie, c’est le plastique dit compostable. «Ce produit est certes compostable, mais en 165 jours en laboratoire. Or aucune infrastructure opérationnelle, que ce soit à Montréal ou dans d’autres villes, ne permet un temps de compostage aussi long – il est de l’ordre de 21 à 28 jours. Il s’agit donc d’un argument marketing trompeur puisqu’en réalité il n’existe aucune filière.»

À noter qu’en plus de cette nouvelle réglementation, la Ville a également modifié un autre règlement qui visait spécifiquement les sacs d’emplettes dont on autorisait jusqu’à présent l’utilisation dès lors que leur épaisseur faisait plus de 50 microns. «On estimait qu’avec cette épaisseur, ces sacs seraient réutilisés – or ce n’est pas le cas.» Tous seront donc à leur tour interdits – exceptés les sacs très fins utilisés pour emballer viandes et poissons.

L’application de cette réglementation interviendra dans 18 mois: commerçants et consommateurs ont donc jusqu’au printemps 2023 pour se préparer. Mais pour la plupart, l’accueil est favorable. La Ville a en effet impliqué nombreux commerces, organisations de l’industrie du recyclage, organismes communautaires, etc. lors de consultations publiques et autres ateliers de travail tout au long du processus de création du nouveau règlement. «Il y a bien sûr eu des points de désaccord au fil de ces ateliers, mais aucune partie prenante n’était surprise de notre démarche. L’industrie est prête et consciente de cette tendance internationale visant à réduire les plastiques à usage unique.»


Arnaud Budka sera notre invité lors de la Conférence Novae – Plastique qui se tiendra le 19 octobre. Détails et inscriptions.

Photo de une: Kevin Lehtla


Publicité

Infolettre

Envoyée tous les jeudis.

Inscrivez-vous.

Suivez l’actualité de l’économie positive et engagée.

Publicité

Événements

Nos prochaines activités.

19
Oct.
16
Nov.
07
Déc.
Voir tous les événements