Après la voiture, au tour du camion de passer à l’électrification: un marché prometteur sur lequel se positionne l’entreprise québécoise Nordresa.

La compagnie lavalloise Nordresa transforme des camions conventionnels en véhicules électriques. Pour ce faire, la compagnie a développé un système de motorisation électrique ainsi qu’un système de propulsion qui s’adaptent aux châssis existants des véhicules commerciaux de type fourgonnette et camion à cabine avancée. Deux tailles de batterie électrique sont proposées: l’une de 80 KWh offre une autonomie électrique pouvant aller jusqu’à 200 km, dépendamment de la conduite adoptée. L’autre format, d’une puissance maximale de 160 KWh, permet une autonomie électrique allant jusque 350 km.

nordresa-puro

C’est avec Purolator que Nordresa a conçu son premier prototype.

En partenariat avec Purolator, la compagnie a conçu son premier prototype sur une fourgonnette de livraison de colis, une Ford-430. Au-delà de cette marque, la solution développée est «compatible avec d’autres véhicules, [Mercedes par exemple], et donc applicable à tous les types de gabarits de véhicules commerciaux en ville tels que ceux qu’utilisent les grands opérateurs de transport de colis, comme UPS ou DHL», souligne Sylvain Castonguay, fondateur de Nordresa. Son nouveau partenariat avec le fabricant japonais de camions Isuzu Motors a conduit au développement d’un autre prototype de véhicule adapté aux camions à cabine avancée, des «plus gros gabarits de véhicules, de 4 à 9 tonnes, de type vocationnel» qui servent par exemple au transport de nacelles ou de bennes à ordure.

Lire aussi: Après la voiture, le camion passe à l’électrique

nordresa-castonguay2

Sylvain Castonguay

Nordresa vise un large marché: les deux types de solutions répondent à la majorité des besoins du transport en milieu urbain et péri-urbain «Les entreprises connaissent leurs routes à l’avance, roulent un nombre de kilomètres prédéterminé et reviennent tous les soirs au dépôt.» Nordresa compte donc aujourd’hui Purolator et Isuzu Motors parmi ses premiers clients, tout comme PortFranc, une entreprise montréalaise d’importation (photo de Une). «Nos clients sont des gestionnaires de flottes qui souhaitent réduire leurs coûts d’opération tout en limitant leur impact sur l’environnement.» En effet, la technologie de Nordresa permet une réduction des émissions de GES de 20 à 50 tonnes par camion. «Financièrement, notre solution est rentable à compter de 3 à 5 ans. Sur une période d’opération d’environ 12 ans, le client peut économiser entre 75 000 et 150 000 $ pour les plus petits véhicules. On estime que les économies annuelles en maintenance sont de près de 85% par rapport à un véhicule conventionnel.»

Alors que la compagnie a livré ses premiers camions dans les premiers mois de 2018, elle prévoit au total avoir fabriqué une première centaine de véhicules électriques d’ici à la fin de l’année. Nordresa convoite en outre les marchés où les incitatifs financiers favorisent les véhicules électriques, comme la Californie. Les États-Unis représentent d’ailleurs près de 90% des ventes de la compagnie.

nordresa-isuzu

Le partenariat avec le constructeur japonais Isuzu a permis à Nordresa d’élargir son offre aux camions à cabine avancée.

Selon Sylvain Castonguay, la croissance du parc de camions électriques sur le marché est susceptible d’être plus rapide que celle des véhicules électriques individuels. «Lorsqu’un gestionnaire de flotte est convaincu des solutions apportées par l’électrique, il est en mesure de commander des centaine, voire des milliers de véhicules électriques pour remplacer sa flotte. Aujourd’hui, la base technologique est démontrée. Les entreprises veulent maintenant une offre sérieuse, cohérente et qui s’inscrit dans la durée. C’est donc la construction et l’offre manufacturière qui mèneront les opérateurs à commander exclusivement des véhicules électriques pour leur flotte.» Dans ce contexte, Sylvain Castonguay croit que le secteur du camionnage électrique en milieu urbain et péri-urbain connaitra «un virage massif dans les cinq prochaines années.»


Sylvain Castonguay, président de Nordresa, sera conférencier lors du Forum Novae 2018, le 25 octobre prochain.


sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis