La startup Give-a-Seat a lancé officiellement sa plateforme qui permet d’assister à des d’événements sportifs et culturels à prix réduits, au bénéfice d’organismes caritatifs.

Give-a-Seat, c’est la belle histoire de Théo Corboliou et Guillaume Campeau, deux étudiants d’HEC Montréal, devenus colocataires puis partenaires d’affaires. Après avoir fait leurs dents au sein du parcours entrepreneurial Rémi-Marcoux, les deux jeunes entrepreneurs ont gagné en février 2016 la bourse de 10 000$ du concours en innovation sociale Mouvement, une somme qui leur a permis de lancer une première version de leur plateforme, dont une seconde version vient tout juste d’être lancée. Le site permet aux organisateurs d’événements et aux entreprises de faire don de leurs billets de spectacles ou de sport invendus. La plateforme revend ces billets à tarifs réduits et verse la somme recueillie à un organisme choisi par le donateur.  En achetant des billets sur Give-a-Seat, le consommateur est assuré que 80% du montant déboursé sera remis à une cause choisie par le donateur, 20% étant alloué à Give-a-Seat. « Il s’agit d’un pur don de la part du producteur d’événement ou de l’entreprise qui détient ces billets, ils ne perçoivent aucun revenu sur la revente des billets. C’est une manière pour eux d’avoir un impact social », explique Guillaume Campeau, cofondateur de Give-A-Seat.

Lire aussi : Give-a-Seat remporte le concours Mouvement

Concrètement, les personnes qui, par exemple, se procureront des billets pour les différents spectacles présentés cet été dans le cadre du festival Juste pour rire contribueront à soutenir La Maison du Père, organisme qui œuvre auprès des sans-abri de Montréal. Le Piknic Électronik a, quant à lui, choisi de soutenir Arbre-Évolution, qui s’occupe notamment de reboisement, alors que le Grand Prix du Canada de Formule 1 a décidé de soutenir la Fondation du Cancer du sein. Bien que les rabais puissent fluctuer, la plateforme garantit aux consommateurs des réductions de 40 à 55% sur le prix de vente des billets. « Nous visons un public relativement jeune: des étudiants et des jeunes professionnels qui aimeraient assister à davantage de spectacles mais qui n’ont pas forcément les moyens d’y aller autant qu’ils le voudraient. Notre approche permet ainsi aux producteurs d’événements d’attirer de nouvelles clientèles de qualité. On est donc dans une situation gagnant-gagnant-gagnant : les acheteurs bénéficient de billets à prix réduit, des organismes profitent d’un soutien financier, et les producteurs d’événements réalisent un impact social. »

_jpr3

Les personnes qui se procureront des places pour le festival Juste pour rire contribueront à soutenir La Maison du Père, un organisme qui œuvre auprès des sans-abri de Montréal

À travers sa mission, la jeune entreprise vise ainsi deux objectifs: démocratiser l’accès aux événements culturels et sportifs, et développer une nouvelle source de revenus pour les organismes caritatifs. « En ce moment, on entend beaucoup parler d’initiatives qui luttent contre le gaspillage alimentaire. Mais le gaspillage existe dans de nombreux domaines, dont l’événementiel. Pour moi c’est toujours un crève-cœur de voir des sièges vides à un concert ou un match de tennis. »

Lire aussi : Give-a-Seat: «Nous voulions construire une entreprise qui ne repose pas que sur le profit»

Give-a-Seat souhaite désormais se construire une réputation solide à Montréal, puis grandir et s’attaquer à de nouveaux marchés à l’extérieur du Québec et pourquoi pas dans d’autres pays. « Notre rêve, c’est de ne plus voir de places vides dans les événements sportifs et culturels. On encourage les gens à acheter des billets sur notre plateforme pas seulement pour le rabais proposé mais aussi pour l’impact que cela a sur un organisme caritatif», conclut Guillaume Campeau.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis