Ce magasin propose des denrées détournées du gaspillage mais parfaitement consommables, afin de les vendre à petits prix ou même de les donner aux plus démunis.

L’objectif de l’épicerie OzHarvest, située à Sydney, dans le quartier de Kensington, est de lutter contre le gaspillage et l’insécurité alimentaires. Sur les tablettes de ce commerce, on trouve aussi bien des fruits et légumes « moches » que du pain, des conserves, des boissons et des plats surgelés ayant dépassé leur date de péremption – mais toujours propres à la consommation – ainsi que des produits de toilette et d’intérieur. L’approvisionnement varie chaque semaine en fonction des produits «sauvés» grâce à 2 500 donateurs. Les employés sont formés pour ne pas choisir un produit qu’ils ne pourraient pas manger eux-mêmes. Les produits sont vendus à prix modiques, voire offerts gratuitement aux personnes particulièrement démunies. L’objectif est aussi de montrer aux clients l’immense quantité de produits destinés à la poubelle alors qu’ils demeurent parfaitement consommables.

Lire aussi : Un centre d’achat qui ne vend que des produits que de seconde main

Comme c’est le cas dans la plupart des pays développés, le gaspillage alimentaire est très important en Australie : en moyenne, un Australien jette à la poubelle 20% de son panier d’épicerie, ce qui représente à l’échelle du pays quatre millions de tonnes de nourriture par année qui partent directement à la poubelle avant d’avoir été consommées. Ce gaspillage coûte 20 milliards de dollars canadiens par an au pays. Parallèlement, un Australien sur six affirme avoir été aux prises avec l’insécurité alimentaire au cours des douze derniers mois.

Lire aussi : L’intelligence collective contre le gaspillage alimentaire

À gauche, la fondatrice d'OzHarvest Ronni Kahn accompagnée d'une cliente de l'épicerie

À gauche, la fondatrice d’OzHarvest, Ronni Kahn, accompagnée d’une cliente de l’épicerie.

Avant d’être une épicerie, OzHarvest, fondé en 2004, est avant tout le principal organisme de sauvetage alimentaire en Australie, qui collecte des aliments excédentaires de qualité dans les magasins et les redirige vers plus de 900 organismes de bienfaisance qui soutiennent les personnes dans le besoin. L’organisation opère aujourd’hui  dans une dizaine de villes australiennes, dont Sydney, Melbourne et Perth. Depuis sa création, l’organisation a livré plus de 60 millions de repas et a permis d’éviter le gaspillage de plus de 20 000 tonnes de nourriture. « Ouvrir un supermarché est la prolongation de nos activités quotidiennes », explique sur le site de l’organisme sa fondatrice, Ronni Kahn, nommée «héros local de l’année» de l’Australie en 2010. Son engagement a en outre été à l’origine d’une modification de la législation australienne en 2005 afin de faciliter les dons de surplus de nourriture par les citoyens à des organismes de bienfaisance.

Lire aussi : Plus de 600 épiceries s’engagent contre le gaspillage alimentaire

_oz3

Ronni Kahn espère ouvrir d’autres OzHarvest à Sydney et dans le reste du pays afin de montrer qu’il est possible de consommer différemment. Ailleurs dans le monde, on peut retrouver des épiceries similaires au Danemark et au Royaume-Uni. Leur but commun: lutter contre le gaspillage alimentaire dans un contexte où, selon l’ONU, près de 795 millions de personnes dans le monde n’ont pas assez à manger pour vivre une vie saine.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis