L’entreprise de Sherbrooke Rackam appliquera pour la première fois sa technologie de concentrateurs solaires au traitement et à la revalorisation d’eaux usées.

La ville de Surprise en Arizona va accueillir un banc de test de Rackam d’une puissance de 100 kW destiné au traitement des eaux usées de la ville. Ce projet vise à utiliser l’énergie solaire en vue de sécher une petite partie des boues issues du traitement des eaux usées de l’agglomération et d’évaluer l’efficacité de cette solution. « L’objectif de ce projet-pilote est de prouver la pertinence d’utiliser des systèmes solaires à concentration pour le traitement des eaux usées. Nous souhaitons à la fois démontrer sa performance et sa rentabilité, ainsi que les perspectives que pourront offrir ces technologies dans le futur », explique Jacques-Alexandre Fortin, vice-président de Rackam.

Ce projet consiste à chauffer de l’eau avec des concentrateurs solaires paraboliques. Ces derniers, mis au point par Rackam, sont dotés de miroirs qui, orientés vers le soleil, concentrent les rayons sur une cible afin d’en augmenter drastiquement la température. Une partie des boues issues du système de traitement des eaux usées de la ville passera alors par ce système afin d’y être séchée et concentrée, pour ensuite être revalorisée.

 

Lire aussi : Quand l’énergie solaire stimule l’emploi au sein d’une communauté autochtone 

 

concentrateurs S20

Des concentrateurs solaires paraboliques de Rackam

 

Ce projet est la 11e installation de Rackam dans le monde depuis 2011, et le premier appliqué au traitement des eaux usées. Au Québec, Cascades et l’Université du Québec à Chicoutimi figurent parmi les organisations à avoir adopté la technologie solaire mise au point par Rackam.

 

Lire aussi : Cascades inaugure son premier parc solaire

 

Le premier projet de Rackam sur le sol américain avait eu lieu en Floride en 2015 avec un banc de test comparatif de différentes techniques de concentrateurs solaires paraboliques pour le collège Santa Fe à Gainesville. Le projet consistait à mettre en route une centrale solaire afin d’alimenter en chaleur le réseau d’eau du campus et aussi pour l’utiliser par les étudiants comme un laboratoire d’enseignement des technologies vertes.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis