Menu
Suivez-nous
Recherche

Matières organiques: 31 nouveaux projets de réduction et recyclage

Par La Rédaction | 18 octobre 2021 | Entreprise

A travers tout le Québec, 31 organisations s’apprêtent à déployer autant de projets visant à réduire et recycler des matières organiques, contribuant du fait même à la réduction des gaz à effet de serre.

Trente-et-un projets ont en effet été retenus par RECYC-QUÉBEC dans le cadre d’un appel de propositions lancé en juillet dernier dans la foulée du lancement de la Stratégie de valorisation de la matière organique. Selon les plus récentes données 2019, la quantité de matières organiques éliminées par les industries, commerces et institutions (ICI) s’élève à plus de 500 000 tonnes annuellement. Or, notamment par manque de services de récupération dans plusieurs régions du Québec, le taux de recyclage de ces matières est très faible : 5% en 2018 en excluant le secteur agroalimentaire, un chiffre que Québec veut voir atteindre 60% pour 2023.

RECYC-QUÉBEC souhaitait donc accompagner les organisations qui voulaient développer des approches innovantes de réduction, de récupération ou de recyclage des matières organiques.

Parmi les 31 initiatives retenues, plusieurs MRC (Joliette, Haute Yamaska, L’Islet, Val-Saint-François et Rimouski-Neigette) amorceront des projets de collecte et de récupération de matières organiques auprès des ICI sur leurs territoires. De même, l’arrondissement de Saint-Léonard, à Montréal, et la Ville de Sherbrooke implanteront également ce type de service. 

Côté entreprises, la startup Loop Mission, connue pour ses jus, bières et autres gins faits à base d’aliments revalorisés, déploiera un projet de déshydratation afin de redonner de la valeur aux sous-produits issus de son usine de transformation. Pour sa part, le groupe d’ingénierie Englobe développera la valorisation de résidus marins comme amendement au traitement de sols contaminés.

D’autres organisations aussi variées que l’Université McGill, Desjardins Sécurité financière, les supermarchés Avril ou Aéroports de Montréal développeront elles aussi de tels projets.

Ces organisations ont bénéficié d’un soutien financier allant jusqu’à 500 000 $ ; ce sont au total 8,8 M $ qui sont accordés à ces projets. À terme, la quantité totale potentielle de matières organiques déviées de l’élimination par ces projets est estimée à plus de 48 000 tonnes par année. Une fois les projets entièrement déployés, la réduction d’émissions de GES est estimée à 9 200 t.eq CO2 par année, soit l’équivalant de retirer plus de 2 800 voitures de nos routes.

«Cela nous démontre clairement que de réduire à la source et de bien gérer nos matières, ça nous permet de préserver les ressources mais aussi de contribuer à la lutte contre les changements climatiques, indique Sophie Langlois-Blouin, vice-présidente, Performance des opérations de RECYC-QUÉBEC. Les organisations qui portent ces projets, leurs partenaires et les ICI qui seront impliqués posent des gestes concrets en ce sens et RECYC-QUÉBEC est très fière d’appuyer leurs démarches.» 

Photo de une: dose

La rédaction de cet article a été financée par RECYC-QUÉBEC


Publicité

Infolettre

Envoyée tous les jeudis.

Inscrivez-vous.

Suivez l’actualité de l’économie positive et engagée.

Publicité

Événements

Nos prochaines activités.

07
Déc.
Voir tous les événements