À l’heure où le co-working connaît un essor sans précédent, le projet montréalais The Food Room propose un espace collaboratif dédié au secteur alimentaire.

L’espace de 7500 pieds carrés, qui ouvrira ses portes début avril, sera situé dans le quartier Ahunstic, à Montréal, proche du métro Sauvé. La moitié sera consacrée à la cuisine où plus de 20 personnes pourront y travailler simultanément, l’autre moitié sera composée de bureaux et d’une salle polyvalente qui permettront d’organiser des événements et des formations.

« Lorsque j’étais traiteur, je cherchais une cuisine de location pour faire de la production alimentaire mais il n’y avait aucune offre qui était adaptée à mes besoins ou mon budget. C’est comme ça que l’idée de The Food Room m’est venue », explique Amélie Morency, la fondatrice. « Aux Etats-Unis, il y a le concept de shared kitchen et même en Europe cela se développe; nous pensons que Montréal est la ville parfaite pour installer un espace de co-working alimentaire. Il y a un véritable engouement pour la bonne bouffe ici mais il n’y a pas à proprement parler une communauté construite autour de l’alimentation.»

 

the foodroom__3__

 

Plus de 500 000$ ont été investis pour la création de cet espace qui sera doté d’équipements de grande qualité. « Notre offre commence par une cuisine de calibre professionnel tout équipée qui est le point central de toute production alimentaire. Nous fonctionnons sur une base de forfaits mensuels que nous adaptons aux besoins de nos membres », explique Amélie Morency. L’offre de services est destinée aux traiteurs, producteurs artisanaux, chefs ou propriétaires de foodtrucks ou restaurants qui ont besoin d’un espace de production.

D’après l’étude Freelancing in America dirigé par le Freelancers Union, le travail autonome représente aujourd’hui 34% de la population active aux État-Unis alors qu’il représente 15,3% au Canada et 13,7% au Québec, selon le Cirano. À Montréal, les espaces de co-working sont en plein essor et s’installent progressivement dans le paysage, au point que de nouveaux modèles émergent afin toujours de créer plus de liens sociaux entre les individus et les professionnels. « Comme tous les espaces collaboratifs, nous cherchons à créer une communauté autour de notre lieu mais également autour de la cuisine. Nous voulons que les travailleurs autonomes dans le secteur alimentaire se reconnaissent dans cet espace. »

Pour Amélie Morency, qui fut ancienne étudiante de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie, The Food Room est aussi destinée à la relève montréalaise qui souhaite avoir accès à des infrastructures professionnelles. « L’espace s’adresse également aux jeunes qui souhaitent sortir de la cuisine de leur maison et faire des produits de qualité supérieure. Nous voulons que cet endroit devienne une base de ressources pour l’entrepreneuriat alimentaire. »

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis