Menu
Suivez-nous
Recherche

Patrick Grenier, Spécialiste en scénarios et services climatiques, Ouranos

Par André-Anne Cadieux | 23 mars 2015 | Métiers

Expliquez-nous en quoi consiste votre rôle. Ouranos est un consortium sur la climatologie régionale et l’adaptation aux changements climatiques. Le rôle que j’y ai comporte 2 facettes, soit fournir des scénarios climatiques à diverses organisations, et effectuer de la recherche scientifique. Les scénarios consistent en des trajectoires plausibles du climat dans le futur, et nos usagers les utilisent afin de rendre leur planification robuste face aux éventualités climatiques les plus probables. Ceux-ci sont des chercheurs et des décideurs oeuvrant dans divers secteurs tels la santé, les ressources forestières, l’érosion côtière, la biodiversité, l’hydro-électricité et d’autres. L’interaction avec nos usagers implique la détermination de leurs besoins, l’extraction de l’information voulue dans notre vaste base de données ainsi que sa restructuration en scénarios climatiques, et l’aide à l’interprétation de ces scénarios. La recherche, quant à elle, a trait aux méthodes de construction des scénarios climatiques à partir des produits d’observations (p.ex. : température et précipitations mesurées à des stations météorologiques) et des simulations issues de modèles numériques du climat.

Présentez une réalisation dont vous êtes fier.

Mon travail me procure de la fierté notamment lorsque je parviens à bien jouer mon rôle de « climat-conseil », c’est-à-dire à faire comprendre des concepts relativement complexes à des partenaires qui ne sont pas des experts du climat, mais qui doivent adapter leurs plans aux changements de celui-ci. Lors du dernier symposium biannuel d’Ouranos, j’avais le mandat de présenter en plénière ce que nous nommons les scénarios probabilistes, et qui consistent à utiliser le concept de probabilité pour quantifier les risques et opportunités climatiques. Ainsi énoncée, cette tâche peut sembler simple, mais elle a constitué un grand défi de vulgarisation, car je devais à la fois satisfaire certains statisticiens « purs et durs » et intéresser des usagers plus « terre-à-terre ». Ayant mis beaucoup d’efforts à préparer cette présentation, j’ai été content de la réussir.

Quel fût votre parcours académique et professionnel pour en arriver ici ?

De longues études. J’ai d’abord fait un baccalauréat (U. Laval) et une maîtrise (U. McGill) en physique. Mon mémoire ayant porté sur le rôle de l’énergie sombre dans l’expansion de l’univers, j’étais alors loin du développement durable ! Mais la physique constitue une excellente école, et ce que j’y ai appris m’aide encore aujourd’hui. C’est pour le doctorat (UQAM) que je me suis réorienté vers l’environnement, en étudiant l’impact de la pollution sur les nuages arctiques. J’ai aussi fait un post-doctorat (U. Catholique de Louvain, Belgique), qui portait sur les impacts climatiques de l’aviation. Quelques mois après être rentré au Québec, j’ai obtenu mon emploi à Ouranos.

Quel a été le « déclencheur » qui vous a incité à aller dans le domaine du développement durable?

Après ma maîtrise, j’ai passé neuf mois à enseigner le français en Allemagne. J’étais aussi là pour réfléchir à la suite à donner à mes études, et pour apprendre l’allemand. Pour progresser, je cherchais constamment des textes à traduire, et une fois je suis tombé par hasard sur un atlas parlant d’effet de serre, de réchauffement global et d’un certain protocole de Kyoto. Or, cette fois-là, le sujet m’intéressait beaucoup plus que le vocabulaire à apprendre; je découvrais en fait un domaine dans lequel faire un doctorat ! De retour à Montréal, je me suis rendu à l’UQAM, à l’Institut des Sciences de l’Environnement. On devait être un 3 ou 4 janvier, et il n’y avait qu’un seul professeur présent, soit Jean-Pierre Blanchet, un véritable passionné des sciences. Nous avons discuté, et ça a connecté; je venais de trouver mon futur directeur de thèse ainsi que mon sujet…

Quelle est la qualité qui vous est le plus utile dans votre métier et pourquoi?

En considérant les membres du groupe dont je fais partie, je dirais que certaines qualités nécessaires pour réussir dans mon domaine sont : la capacité à vulgariser des idées complexes, un certain talent en programmation, la rigueur, la productivité et l’efficacité, ainsi que l’esprit d’innovation. Aucun d’entre nous n’est parfait quant à toutes ces qualités, surtout que certaines entrent en compétition, comme la rigueur et la productivité; une certaine complémentarité fait la force de notre groupe. D’un point de vue personnel, je dirais que je mets l’accent d’abord sur la rigueur. Je suis inconfortable à l’idée que les scénarios climatiques que je livre n’aient pas été testés sous de nombreux angles, que les articles que je soumets à des journaux scientifiques n’aient pas été révisés plusieurs fois, ou que l’argumentation de mes présentations ne soit pas défendue de tous côtés. Et je réagis à cette idée inconfortable en m’appliquant dans mon travail. Je crois qu’à la longue, la rigueur peut devenir « payante » autant pour l’estime de soi que pour la réputation.

Votre message à la relève ?

Par mon rôle en climat-conseil, j’aide des gens à faire bouger les choses, plus que je ne les fais bouger moi-même. Je m’adresse donc à la relève qui vise à travailler, comme moi, en amont du développement durable, avec une composante de recherche. Mon message ? Cherchez à acquérir une vision globale de votre champ d’expertise. Lisez, lisez, lisez, et intéressez-vous à toutes les dimensions de votre domaine. Des textes non directement liés à vos projets du moment peuvent vous aider à mieux comprendre, 5 ans plus tard, un enjeu dans un autre projet. Évidemment, cela s’avère plus facile lorsqu’on a la chance que travail et passion coïncident.

Parlons de vos collègues! Si vous avez des collègues de la relève en développement durable, environnement, responsabilité sociale… et que vous aimeriez les faire connaître, écrivez-nous à redaction@novae.ca en nous indiquant leurs noms/prénoms, le poste occupé et le nom de l’employeur. Peut-être pourraient-ils figurer dans cette rubrique !


Publicité

Infolettre

Envoyée tous les jeudis.

Inscrivez-vous.

Suivez l’actualité de l’économie positive et engagée.

Ce projet a été rendu possible en partie grâce au gouvernement du Canada.

Publicité

Événements

Nos prochaines activités.

14
Jan.

Programme de certification en Impact social

Positionner l’impact sociétal au cœur de sa stratégie d’affaires

26
Jan.
16
Fév.

Entrepreneuriat à impact

Stimuler le mouvement de l’innovation sociale

Voir tous les événements