Disponible au Québec depuis peu, cette application mobile met en relation, spontanément et sans planification, des automobilistes et des piétons qui partagent un itinéraire commun.

Une fois inscrit sur l’application, le piéton y voit en un coup d’œil les trajets des voitures qui passeront près de lui au cours des prochaines minutes. Il n’a plus qu’à choisir le trajet qui lui convient le mieux. L’automobiliste, quant à lui, s’inscrit dans l’application avec les informations relatives à son véhicule. Comme avec un GPS, il saisit sa destination au moment de partir et publie son itinéraire. Il est alerté de la demande d’un piéton via l’application et s’arrête pour l’embarquer dès qu’il le voit. « L’avantage de OuiHop’, comparé à d’autres plateformes de covoiturage, est qu’elle ne nécessite pas d’organisation préalable, ne cible pas les trajets longue distance, fonctionne en temps réel et ne prévoit pas d’échange financier entre le conducteur et le passager », explique Mounia Lansade, chargée de développement de OuiHop’ au Canada.

Concernant l’expérience utilisateur, le piéton gagne du temps et il peut faire 3 trajets gratuits par mois — au-delà, il paye 3$ pour un accès illimité pendant 30 jours. L’automobiliste, quant à lui, gagne des points qu’il peut échanger contre des cadeaux et des rabais dans des commerces locaux (restaurants, clubs de gym, spas…). Chacun des participants, automobiliste et piéton, évalue son trajet et donc son covoitureur, sur une base de 5 étoiles, qui apparaît sur leurs profils respectifs.

OuiHop2

Sur les 2,5 millions de déplacements chaque matin dans la région métropolitaine de Montréal, 63% sont fait en auto, dont 80 % en auto solo.



En se basant sur des valeurs d’entraide, de partage et de protection de l’environnement l’objectif premier de cette startup, qui a vu le jour à l’automne 2015 en France, est de diminuer les trajets en auto solo. Pour son arrivée au Québec, elle a construit son service autour de plusieurs constats dans la région du Grand Montréal. Entre 2008 et 20013, le parc automobile a augmenté de plus de 11%, et sur les 2,5 millions de déplacements effectués chaque matin dans la région métropolitaine de Montréal, 63% sont faits en auto, dont 80 % en auto solo. Si le taux d’occupation des véhicules était de 2 personnes, il en résulterait une diminution des voitures en circulation de 40 % chaque matin, soit près de 6,3 millions de kilomètres évités et une réduction d’émission de CO₂ de 4 %.


Lire aussi: Netlift, le covoiturage multimodal qui fait recette


« Hormis le côté environnemental qui est primordial à nos yeux, OuiHop’ est l’occasion de faire de belles rencontres et permet de créer un sentiment de communauté parmi les utilisateurs, ce qui confère un côté social très fort à l’application », explique Mounia Lansade. Pour faire découvrir la plateforme aux Montréalais, la startup organise d’ailleurs le 10 septembre le Rallye OuiHop’ où les participants devront se déplacer sur de courtes distances en faisant du pouce via l’application. « Si nous obtenons de bons résultats à Montréal, nous espérons exporter OuiHop’ dans d’autres centres urbains du Québec et du Canada », conclut-elle.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis