La Montréalaise d’origine kenyane Salima Visram a déjà envoyé vers son village natal plus de 2000 unités de son sac à dos qui produit de la lumière de façon autonome.

Créé par Salima Visram, une ancienne étudiante en développement international à l’Université McGill, The Soular Backpack est un sac à dos est équipé de panneaux solaires qui alimentent une lampe LED, permettant aux enfants des milieux ruraux qui n’ont pas accès à l’électricité ou qui utilisent des lampes alimentées au kérosène, d’étudier une fois la nuit tombée. Laisser charger ce sac pendant une heure au soleil permet d’obtenir de la lumière pour cinq heures.

Originaire de Kikambala au Kenya, où 22 000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté et où 90% des maisons n’ont pas accès à l’électricité, Salima Visram explique que depuis son plus jeune âge, elle réalise que l’électricité est primordiale pour que les enfants puissent continuer leur scolarité et s’éloigner de la pauvreté. « Je crois que The Soular Backpack est un projet qui peut avoir un grand impact sur la vie et le futur de millions d’enfants, non seulement au Kenya mais sur tout le continent africain. »

 

The_Soular_backpack_2

 

Le projet cible les problèmes d’éducation associés au manque d’électricité et les risques pour la santé qui sont liés à l’usage du kérosène. Seulement 23% des kenyans ont accès à l’électricité chez eux et, selon la Banque Mondiale, 4000 décès surviennent chaque jour à cause du kérosène. En outre, dû au manque d’accès à l’électricité, une majorité de familles est contrainte d’utiliser des lampes fonctionnant au kérosène qui sont à la fois cancérogènes et non propices pour étudier. « Les lampes au kérosène leur piquent les yeux. Ce qui a pour conséquence pour une grande partie d’entre eu d’arrêter l’école avant le secondaire  et les entraîne progressivement dans le cercle vicieux de la pauvreté où ils sont parfois obligés d’avoir recours à la prostitution pour subvenir à leurs besoins. »

 

The_Soular_Back_pack_4

Salima Visram

 

Salima Visram a amassé plus de 50000$ dans le cadre d’une campagne de socio-financement, ce qui lui a permis d’envoyer plus de 2000 sacs à dos à son village d’enfance. L’utilisation du Soular Backpack aurait permis aux familles du village d’économiser plus de 16% de leurs revenus qu’ils utilisaient auparavant pour s’approvisionner en kérosène. Les enfants, quant à eux, affirment se sentir en meilleure santé tout en disposant de plus de temps d’étude. « The Soular Backpack donne une chance à ces enfants de prendre en main leur éducation en leur permettant d’avoir accès à la lumière pour étudier en soirée. De plus, les économies réalisées par les familles permettent d’être réinvesties dans les frais de scolarité des enfants.»

Chaque sac à dos coûte 20 dollars, incluant les taxes et les frais d’envoi au Kenya.

 

Retour en images sur la genèse du projet

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis