Menu
Suivez-nous
Recherche

Une application pour les vêtements de seconde main

Par Marie Allimann | 23 avril 2020 | Entreprise

Pour lutter contre le gaspillage vestimentaire, cette application mobile québécoise facilite l’émergence du «seconde main».

Conçue pour la vente et l’achat de vêtements de seconde main entre particuliers, Upcycli est une plateforme gratuite qui simplifie l’expérience des utilisateurs grâce à une série de critères de recherche préétablis en fonction notamment du type de vêtements, chaussures ou accessoires, de leur taille et de la localisation du produit.

Il suffit ensuite à l’acheteur et au vendeur de convenir du mode de paiement et du type de livraison, que ce soit en main propre ou par envoi avec Poste Canada.

Élodie Lourimi, cofondatrice de l’entreprise.

Mais au-delà de l’achat et de la vente de vêtements, Upcycli vise plus globalement à endiguer le gaspillage vestimentaire. «C’est un des éléments qui nous différencie des autres plateformes. Nous voulons nous inscrire comme acteur de changement: notre objectif est de contribuer à détourner ces tonnes de vêtements enfouis ou incinérés chaque année et de sensibiliser les gens sur cet enjeu.»

C’est pourquoi Upcycli propose également à ses utilisateurs des ateliers de couture pour valoriser – «upcycler» – leurs textiles trop abimés, par exemple en confectionnant des pochettes à partir d’anciennes paires de jeans. «L’idée est de remettre au gout du jour ce savoir-faire. On voit d’ailleurs d’autres initiatives similaires se développer comme les repair-cafés.»

Élodie Lourimi et Christopher Montoya

Qu’il s’agisse de réutilisation ou de valorisation, l’économie circulaire est l’élément-clé de la lutte contre le gaspillage textile que mènent les deux fondateurs de l’entreprise qui évoluent d’ailleurs dans le monde du vêtement usager depuis quelques années. «Nous avions déjà initié différents projets liés à la personnalisation de vêtements ou à l’organisation d’évènements d’échanges de vêtements, précise Christopher Montoya, cofondateur d’Upcycli. Cette fois, nous avons voulu proposer une autre solution, comparable à ce qui se fait déjà en Europe et aux États-Unis, mais en offrant aux gens une application mobile québécoise et donc locale.»

L’application compte aujourd’hui plus de 8400 utilisateurs et plus de 12000 annonces mises en ligne un an après son lancement. «L’année 2019 était une année de test. Nous voulions voir ce qui marchait pour ensuite améliorer les fonctionnalités en fonction des retours des utilisateurs», précise Christopher Montoya. Car pour mieux répondre aux besoins des usagers, la startup convie sa communauté d’utilisateurs à échanger avec elle les points à améliorer, notamment dans le cadre de déjeuners spécialement organisés à cette fin. Une démarche qui a permis d’affiner les filtres de recherche en fonction des villes et des catégories de vêtements par exemple.

Parmi les prochaines améliorations visées, Upcycli prévoit offrir des modes de livraison à vélo ou en véhicules électriques, des ateliers de couture en ligne et diversifier le mode de paiement pour permettre aux acheteurs de payer directement via l’application. L’entreprise proposera aussi une version anglaise de son application, ainsi qu’une version accessible depuis son ordinateur.


Infolettre

Envoyée tous les jeudis.

Inscrivez-vous.

Suivez l’actualité de l’économie positive et engagée.

Événements

Nos prochaines activités.

14
Sep.

Forum Novae – Alimentation

Du 14 au 17 septembre : relevez les grands enjeux alimentaires de notre époque.

26
Oct.

Forum Novae – Plastique

Du 26 au 29 octobre : adoptez les nouvelles solutions plastiques.

Voir tous les événements