Aéroports de Montréal & Aéro Mag
Centre de recyclage du glycol


Chaque année, 5 millions de litres de dégivrants sont utilisés et appliqués sur quelque 9400 avions. Dès 2005, Aéroports de Montréal, en collaboration avec Aéro Mag, amorçait des recherches en vue de pouvoir récupérer et recycler le glycol, une substance nécessaire pour le dégivrage des avions. Le procédé de récupération de ce produit comportait de nombreux défis afin de respecter les hauts standards de l’Organisation mondiale de l’aviation civile. Par exemple, les dégivrants pour avions devant être certifiés, cette approbation devait absolument être obtenue pour le glycol recyclé. À l’automne 2014, après de nombreux tests, le nouveau centre de recyclage du glycol été inauguré. L’installation traite les dégivrants des aéroports Montréal-Trudeau, Mirabel et d’Ottawa, soit 3 millions de litres de glycol usé par année, pour une économie annuelle de 2 millions de litres d’eau et une réduction de 30% du coût du glycol pour les compagnies aériennes.


Ville de Saint-Hyacinthe
Production de gaz naturel par biométhanisation
En 2014, la Ville de Saint-Hyacinthe est devenue une pionnière au Québec de la gestion des matières résiduelles. En effet, elle compte parmi les premières villes d’Amérique du Nord à transformer ses déchets en gaz naturel. Un Centre de valorisation des matières organiques a été construit en novembre pour traiter les résidus de table de 23 municipalités de la région et les déchets organiques de quelques entreprises agroalimentaires, pour en faire du biogaz et du compost. Ce sont 10 200 tonnes de matières organiques par an qui sont ainsi détournées de l’enfouissement. Le gaz naturel produit alimente en énergie la flotte de véhicules et les bâtiments municipaux, ce qui permettra de réduire de 35 000 litres par année l’utilisation de diesel de la ville. Grâce à cette innovation, Saint-Hyacinthe estime qu’elle réalisera dès 2016 des revenus de plusieurs millions de dollars provenant de la vente des surplus de biogaz à Gaz Métro. La portée du projet est également très sociale car les revenus obtenus seront réinvestis dans l’amélioration des services aux citoyens.


Ecocup
Les verres réutilisables dans les événements
Ecocup s’attaque à la problématique des contenants à usage unique dans les événements, qui représente plus de 75% des déchets générés lors des festivals. Pour ce faire, l’entreprise reprend le concept de la consigne: les breuvages sont vendus dans des verres réutilisables, à un coût majoré de 2$ pour la consigne du contenant. Ecocup est la première au Canada à offrir un tel service au secteur de l’événementiel, permettant de réduire à la source la production de déchets. En 2014, les festivals Igloofest et Picnic Electronik ont utilisé 86 000 ecocups, alors que le Festival Juste Pour Rire a évité l’utilisation de près de 900 kg de verres jetables grâce à 30 000 ecocups et que l’évènement Vélirium de Gestev en a utilisé 4500, pour une réduction de plus de 45 kg de verres jetables.