Transat
Démantèlement écoresponsable d’avions

A l’été 2013, après deux ans de travail préparatoire, Air Transat a procédé au tout premier démantèlement de deux de ses avions arrivés en fin de vie. S’inscrivant dans les règles internationales prévoyant qu’un démantèlement durable doit permettre la réutilisation ou le recyclage d’au moins 85% de l’appareil, Air Transat s’est entouré de partenaires afin de développer une expertise locale. Ainsi, le démantèlement de ces deux Airbus A310 a été réalisé dans une zone protégée de l’Aéroport de Mirabel. Un tri des pièces a été effectué en amont. Un recycleur a ensuite procédé à la découpe des carcasses. Les métaux récupérés ont été vendus et recyclés dans un rayon de 150 km du site de démantèlement. On estime que près de 87% de la masse totale des deux appareils a été réutilisée ou recyclée, soit 136 tonnes de pièces et composants. Alors que l’on estime que près de 12000 avions commerciaux devront être démantelés dans le monde au cours des 20 prochaines années, cette expérience locale pourrait ouvrir la voie à la création d’un pôle international de démantèlement au Québec, dont le potentiel économique est des plus importants.


Piknic électronik
Verres consignés
L’organisme a mis en place en 2013 une initiative visant à réduire la quantité de déchets directement générés par l’utilisation de verres de plastique. Ainsi, le festivalier était invité à payer une consigne de 2$ pour son verre de plastique à l’achat de sa première consommation à l’événement, consigne qu’il récupère en rapportant son verre en quittant le site. Entre-temps, chaque nouvelle consommation est servie dans un verre frais et propre qu’il obtient en échange de celui qu’il rapporte. Les verres utilisés sont récupérés et partent au nettoyage après l’événement. Un plan de communication – incluant communiqué, site Web et affichage sur le site – avait permis préalablement à sensibiliser le public à cette nouveauté. L’initiative a ainsi permis la récupération de 75% des verres utilisés (environ 23 000 verres) qui autrement auraient été recyclés ou enfouis. L’organisme a en outre pu faire de substantielles économies sur l’achat de verres et sur les coûts liés au nettoyage du site et à la gestion des matières résiduelles. De pus, en tant que premier événement majeur au Québec à avoir mis en place un tel système de verres consignés, le Piknic Électronik a suscité une grande mobilisation, tant de la part du public que de ses employés et partenaires.


Rôtisseries St-Hubert
Collecte sélective des matières compostables
St-Hubert est la première chaîne de restauration rapide au Québec a avoir implanté un vaste programme de compostage. En effet, l’objectif est que, d’ici à la fin de 2014, toutes les succursales aient adopté cette pratique, et visent l’attestation Ici on recycle de niveau 3 de Recyc-Québec. Ainsi, dès la première année d’implantation, 64 rôtisseries ont adopté le compostage et se sont inscrites dans le cadre de l’attestation Ici on recycle. Cela signifie en outre que, en moyenne, chaque restaurant détourne dorénavant des sites d’enfouissement 50 tonnes de matières organique par année. La démarche de St-Hubert implique également un programme de formation des employés afin d’implanter plus fortement cette nouvelle culture de gestion au sein de l’entreprise et de ses franchisés.