Cette navette 100% électrique et autonome circule dans les rues de Candiac depuis l’automne dernier.

Son mandat: couvrir le «dernier kilomètre» pour répondre aux besoins des différents usagers du secteur et faciliter leurs déplacements dans une perspective de transport collectif. D’une capacité de 15 places, elle se déplace à 15 km/h, tout en étant capable d’aller jusqu’à 25 km/h.

Le trajet aller-retour, d’une durée d’une demi-heure sur deux kilomètres, part ainsi du stationnement incitatif situé au terminus d’autobus Exo pour se diriger jusqu’au parc André-J. Côté qui accueille en été de nombreux événements publics. En chemin, une série d’arrêts jalonne le parcours et dessert notamment l’hôtel de ville, une résidence pour aînés et des entreprises locales comme Cascades.

2-Navette autonome_Ville de Candiac

«Cette navette est une première au Canada sur une voie publique», indique Normand Dyotte, le maire de Candiac, municipalité qui est d’ailleurs récipiendaire d’un Prix Novae 2019 pour ce projet. La navette partage la route de manière sécurisée avec le reste de la circulation, sans aménagement d’infrastructure particulier, grâce à ses nombreux capteurs qui détectent feux de circulation, arrêts d’intersections, piétons, cyclistes, véhicules et autres obstacles, et lui permettent d’adapter sa trajectoire. Outre ses avantages environnementaux en terme d’émissions de GES, cette navette vient bonifier le transport collectif local gratuit pour réduire la circulation automobile en ville.

dyotte

Normand Dyotte

«La navette autonome s’inscrit dans le cadre du plan stratégique de Candiac dont l’une des orientations est d’être une ville innovante, notamment en développement durable», précise Normand Dyotte. La ville a saisi en ce sens l’opportunité de tester sur son territoire ce véhicule autonome à la suite d’une proposition conjointe d’Ivéo, un organisme spécialisé dans les solutions innovantes de mobilité, et Keolis, propriétaire et opérateur de cette navette fabriquée en France par le manufacturier Navya.

Le projet-pilote en cours depuis l’automne permet d’évaluer pendant un an le bon fonctionnement de la navette notamment dans le contexte hivernal québécois. Un opérateur est exceptionnellement présent dans le véhicule pendant toute cette période pour intervenir manuellement au besoin et rassurer les passagers à bord.

«Les résultats [préliminaires] prouvent ce qui est déjà démontré par les statistiques en Europe: il y a moins d’accidents avec ce type de véhicule comparé aux véhicules standards, en raison des capteurs qui couvrent la navette et suppriment ainsi les angles morts.» D’ailleurs, la sensibilité de ces capteurs est telle qu’un ajustement a été nécessaire pour éviter les arrêts de la navette devant les chutes de feuilles d’arbre en automne.

Navette_4

 

L’acceptabilité des citoyens est quant à elle au rendez-vous. «Les usagers sont agréablement surpris de voir le niveau de sécurité du véhicule. Le projet a été très médiatisé de sorte que les gens viennent de partout juste pour faire un tour en navette.»

D’ici à l’an prochain, on compte prolonger le parcours et mettre en circulation un second véhicule afin de développer de nouveaux trajets dans d’autres secteurs de la municipalité. L’ambition de Candiac est, à travers ce projet-pilote, de contribuer à l’avancement technologique de ce type de véhicule pour favoriser à terme son déploiement sur l’ensemble du Québec.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis