À Québec, les toits d’Industrielle Alliance se transforment peu à peu en potagers urbains dans les airs.

L’agriculture urbaine gagne les toits des immeubles à bureaux à Québec: des potagers émergent en effet depuis l’an dernier sur des toits d’immeubles qu’Industrielle Alliance Groupe Financier occupe ou loue dans la capitale pour offrir des paniers de légumes et fruits biologiques aux occupants de ces tours à bureaux.

À l’origine du projet, récipiendaire d’un Prix Novae 2019, le programme interne d’Industrielle Alliance (IA) pour la santé et le mieux-être qui propose des paniers biologiques pour favoriser une alimentation saine et locale auprès de ses employés. L’idée d’approvisionner ces paniers grâce aux récoltes provenant des toits des immeubles de IA revient quant à elle à la startup Du toit à la table, une entreprise d’agriculture urbaine et biologique sur toits.

«Nous avons fait appel à l’Université de Laval qui nous a mis en contact avec cette entreprise qui cherchait justement des surfaces agricoles en milieu urbain», précise Yanick Morin, spécialiste en gestion de la marque et stratégie numérique auprès d’IA. Du Toit à la table est donc ainsi devenue gestionnaire du projet, de l’aménagement des espaces à la livraison des paniers.

La première saison du projet a été amorcée en 2018 sur l’un des plus grands immeubles de Québec, l’édifice Marly (photos ci-dessous). Quelque 1870 sacs de terreau de 30 litres ont été acheminés sur son toit ; on y a alors produit 8 tonnes de carottes, tomates, laitues, cucurbitacées ou autres cerises de terre qui ont composé les paniers hebdomadaires destinés à 30 employés de IA de juillet à octobre.

ia

«Ce projet s’inscrit dans une démarche plus globale de développement durable», souligne Yanick Morin. En effet, si le projet vise d’abord une agriculture biologique et locale, il contribue aussi à la réduction des îlots de chaleur en ville, tout en minimisant à moins de 10 km le transport des denrées du lieu de récolte au point de livraison des paniers. Le projet contribue aussi à la lutte contre la pauvreté et l’exclusion: IA a en effet versé une partie du montant de la location des espaces du toit (soit 1100$ en 2018) à Centraide Québec et Chaudière-Appalaches. De plus, sur le plan du développement économique, ce premier projet d’envergure mené par Du Toit à la Table a offert l’opportunité de mettre en lumière le travail de cette startup locale.

Devant le succès de la première saison et l’intérêt manifeste des occupants des immeubles pour cette initiative, IA a décidé d’accroitre la production: la surface cultivable atteindra 35000 pi2 en 2019. «Nous voulons obtenir cette année cent paniers hebdomadaires additionnels, indique Yanick Morin. La surface exploitable sera donc augmentée sur l’immeuble Marly où les premiers potagers ont été aménagés en 2018, et un second immeuble sera également sollicité, celui de notre siège social à Québec.»

DCIM100MEDIADJI_0008.JPG

Outre les 30 employés de IA, ce seront donc les employés de Revenu Québec, situés à l’édifice Marly, qui bénéficieront des cent paniers supplémentaires cette année. Le montant de la location des toits reversée à Centraide Québec et Chaudière-Appalaches augmentera quant à elle proportionnellement à la surface de toit exploitée. Le potentiel d’expansion des cultures sur l’ensemble des 15 bâtiments de IA reste d’ailleurs énorme selon Yanick Morin, notamment sur l’édifice Marly qui, grâce à ses trois toits reliés, présente la plus grande surface exploitable sur un édifice à Québec.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis