Du financement à l’accompagnement, Vegan Capital se positionne comme une ressource pour la nouvelle économie du véganisme.

Vegan Capital fait sa place dans l’écosystème végane depuis son lancement à Montréal en 2018. Aide au financement, conseils, formations et accompagnement, l’entreprise se veut la porte d’entrée de l’entreprenariat végane au Canada pour guider les entrepreneurs en phase de démarrage ou de croissance vers les ressources qui répondent à leurs besoins. Les entreprises visées: celles qui produisent ou vendent des alternatives 100% végétales aux produits d’origine animale. Elles peuvent oeuvrer notamment dans les secteurs alimentaire, cosmétique ou textile, et commercialiser des produits tels que saucisses végétales, encres à tatouage, croquettes pour animaux ou rembourrage de manteaux d’hiver à l’instar de Boïda Athletica (photo de Une) qui développe des vêtements de sport d’extérieur véganes. La vision de Vegan Capital exclut donc les modèles d’affaires proposant des vêtements à base de cuir, de fourrure ou de laine, mais aussi la fabrication et la vente de produits ayant recours à l’expérimentation animale, l’élevage d’animaux pour la production alimentaire ou encore l’agriculture à base d’intrants animaux comme le fumier.

gusta

Charcuterie et autres fromages ont leurs alternatives véganes, comme ici les produits de l’entreprise montréalaise Gusta.

Vegan Capital s’est véritablement fait connaitre en mars dernier à l’occasion du lancement d’un fonds de microcrédit dédié aux projets véganes sur l’île de Montréal, en partenariat avec l’association communautaire d’emprunt de Montréal, ACEM Micro-crédit Montréal.

vegan-capital

Julien Hivon

«L’objectif est d’aider les entreprises qui ne trouvent pas de financement auprès des institutions financières traditionnelles, tout en évitant d’alourdir leur dette ou de les mettre dans des situations difficiles. Nous sommes ainsi les premiers au Canada à proposer une finance solidaire dans le végane», indique Julien Hivon, cofondateur de l’entreprise. Ce fonds, doté de 30000$, permettra à cinq entreprises de bénéficier d’un prêt de 500$ à 25 000$ d’ici à mars 2020. D’autres partenariats devraient aussi permettre d’offrir des microcrédits aux entreprises véganes sur l’ensemble du Québec.

Parallèlement, Vegan Capital lancera dans quelques semaines un service offrant la possibilité d’un sociofinancement participatif en équité via une plateforme existante. Plus adaptée aux entreprises cherchant un financement substantiel, cette proposition répond également à l’attente d’investisseurs individuels et accrédités, désireux de contribuer au développement de projets véganes.

vegan

Près de 9% des Canadiens seraient actuellement soit végétariens, soit végétaliens selon l’Université Dalhousie; un chiffre en constante progression depuis une quinzaine d’années. «Au cours de la dernière année, les ventes d’alternatives à la viande et au lait ont augmenté de 8% aux États-Unis pour atteindre 3 milliards $ selon une étude de Nielsen Retail», relève Julien Hivon. Consommateurs plus soucieux de leur impact environnemental, lutte contre la souffrance animale ou choix d’une alimentation plus saine, les facteurs de croissance en faveur du véganisme sont multiples. Cette tendance est déjà prise en compte par une frange du secteur financier où l’on voit se développer des fonds d’investissements et des incubateurs exclusivement dédiés à l’économie végane, à l’instar du fonds VegInvest aux États-Unis ou Proveg Incubator à Berlin. Un indice boursier en soutien aux entreprises véganes, le US Vegan Climate Index, a même vu le jour en 2018. C’est donc dans ce contexte favorable que les deux co-fondateurs de Vegan Capital, eux-mêmes véganes, comptent progressivement bonifier leurs services pour faciliter le parcours des entrepreneurs et ainsi accélérer le développement de l’économie végane au Québec et dans le reste du Canada.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis