Agriculture urbaine, biodiversité, recul du pétrole…: voici une sélection de bonnes nouvelles qui vous ont peut-être échappé.

La plus grande ferme urbaine du monde

Une exploitation maraîchère et potagère de 14000 m2 sera installée sur le toit d’un nouveau pavillon actuellement en construction sur le site du Parc des Expositions, à Paris. Avec une telle superficie – l’équivalent de deux terrains de soccer -, cette ferme urbaine sur toit sera la plus grande au monde. On prévoit y produire plus d’une trentaine d’espèces de fruits et légumes de saison – tous cultivés de façon biologique – par une vingtaine de maraîchers. La ferme, dont l’ouverture est prévue au printemps 2020, approvisionnera des restaurants et hôtels du quartier ainsi que des citoyens de communes limitrophes (photos © Viparis – Valode & Pistre architectes).

ferme-paris


Une loi pour protéger les insectes

Alors que les insectes sont essentiels aux écosystèmes – naturels et économiques -, ils sont en déclin rapide: près de la moitié des espèces est actuellement menacée de disparition. Ce à quoi l’Allemagne a réagi : sa ministre de l’Environnement a récemment annoncé un «plan d’action pour protéger les insectes», doté d’un budget de 100 millions d’euros. On y prévoit notamment une interdiction du glyphosate, herbicide controversé et principe actif du RoundUp de Monsanto, de même qu’une réduction du bétonnage et des émissions lumineuses la nuit qui désorientent les insectes (photo Maxime Gilbert).

insecte2


La planète s’invite… un peu partout

Ce vendredi 15 mars, la planète s’invite dans les rues d’une cinquantaine de pays. Inspirés par le mouvement de manifestation que la jeune activiste suédoise Greta Thunberg a amorcé en août dernier, des étudiants d’un peu partout sur la planète organiseront des grandes manifestations pour réclamer des plans d’actions climatiques ambitieux à leurs dirigeants politiques. Alors qu’au Québec plus de 60 000 étudiants sont attendus dans les rues de plusieurs villes, hier plus de 350 scientifiques, issus de diverses universités francophones et anglophones, annonçaient leur soutien public à ce grand mouvement.

planete


La Norvège tourne le dos au pétrole

Le fonds souverain norvégien – qui pèse de plus de 1000 milliards de dollars – compte se désengager de certaines compagnies pétrolières. Le gouvernement a en effet annoncé vouloir se désinvestir à hauteur de 7,5 milliards$, sur les 37 milliards$ d’actifs détenus par le Fonds dans le secteur pétrolier et gazier, ce qui toucherait 134 entreprises dans le monde. Si la décision est davantage portée par des considérations financières qu’environnementales, elle est tout de même perçue comme un coup porté aux énergies fossiles. Pour Yossi Cadan, de l’ONG 350.org, il s’agit en effet d’«une onde de choc sur le marché, portant le plus grand coup à ce jour à l’illusion que le secteur des énergies fossiles a encore des décennies d’activité comme si de rien n’était.» (photo Patrick Hendry)

usine


Des selfies pour nettoyer la planète

Le 5 mars, un certain Byron Romàn poste sur Facebook ces deux photos. Il invite les «adolescents qui s’ennuient» à se prendre en photo dans des lieux qui méritent un sérieux nettoyage ; puis à reprendre une seconde photo, une fois le site nettoyé. Alors que son post a été partagé plus de 320000 fois, les mots-clics #trashtag et autres #trashchallenge mobilisent de plus en plus d’internautes.

byron2

Le post original de Byron Romàn, le 5 mars.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis