L’industrie québécoise de l’agro-alimentaire éco-responsable accueille un nouveau venu: l’aliment à base de larves de mouche.

Entosystem est un nouvel acteur du secteur de l’alimentation insectivore au Québec. Installée à Sherbrooke depuis octobre dernier et menée par une équipe de 6 personnes, la compagnie produit chaque jour 100 kg de larves de mouches soldat noires. Ces protéines sont destinées à l’alimentation animale, l’ambition d’Entosytem étant en effet d’apporter une alternative aux farines de poisson qui contribuent à surexploiter les ressources marines.

Les avantages de l’élevage de larves de mouches soldat tiennent d’abord aux caractéristiques de cet insecte. Ses larves, riches en protéine et en acides gras, arrivent à maturité en seulement 5 à 6 jours avant d’être récoltées. Leur comportement permet également d’élever sur une même surface proportionnellement plus de mouches soldat noires que d’autres insectes. «C’est fascinant, relève Cédric Provost, co-fondateur de l’entreprise, plus elles sont nombreuses sur une petite surface, mieux c’est, en raison des enzymes qu’elles dégagent [dans ces conditions] pour leur permettre de liquéfier la nourriture et manger

ento-116-12

Cet insecte incarne surtout la logique de l’économie circulaire. Sa larve, contrairement au grillon par exemple, se nourrit exclusivement de déchets organiques qu’Entosystem détourne des sites d’enfouissement, voire du compost. «Nous revalorisons deux tonnes par jour de matières organiques dont une partie provient d’une malterie locale qui doit notamment se débarrasser de lots de grains [défectueux] pour lesquels il n’existait pas de débouché sur le marché.» La compagnie teste actuellement les déchets d’une chocolaterie et cherche conjointement avec Synergie Estrie, un organisme de création de maillage entre entreprises, d’autres sources locales de matières organiques pré-consommées qui ne sont plus destinées à la consommation humaine.

À lire aussi: De Montréal à Vancouver, les grillons comestibles ont la côte

Entosystem couvre par ailleurs un autre aspect de l’économie circulaire grâce à la production de fumier de larve récupéré dans les bacs d’élevage une fois les larves récoltées. «Pour chaque kilo de larves, nous produisons 3 kg de fertilisant biologique que nous vendons aux agriculteurs, ce qui nous permet en plus d’être zéro déchet.»

ento-123b-1

Quant aux larves, elles sont vendues entières à des transformateurs québécois qui les intègrent dans la fabrication d’aliments pour animaux domestiques – des friandises pour chiens à la nourriture pour poissons d’aquarium, à l’instar du fabricant Hagen. «Tout ce que nous produisons est vendu d’avance à nos clients qui cherchent une solution plus durable que la farine de poisson.»

Entosystem voit grand et souhaite à long terme répondre aux besoins de l’industrie de la volaille ou de la pisciculture; elle vise d’ores et déjà une production de 9 tonnes par jour de larves d’ici à 2021. La transition vers une production à grande échelle nécessite toutefois le développement technologique des équipements où, selon Cédric Provost, tout reste à faire dans le domaine. C’est pourquoi l’entreprise développe des partenariats avec notamment l’Université de Sherbrooke et Neoxis, une ferme québécoise de ténébrions. Cédric Provost croit en effet que plus il y aura de joueurs et de collaboration dans l’industrie des insectes destinés à la consommation humaine ou animale, plus il sera facile de bâtir cette industrie pour le long terme.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis