Et si les bâtiments et les lieux de travail devenaient des environnements propices à la santé physique et mentale des employés?

La certification WELL, développée par l’International Well Building Institute (IWBI) aux États-Unis, favorise la santé et le bien-être des occupants d’un bâtiment. Forte de son succès depuis sa création officielle en 2014, elle compte dorénavant 1300 projets certifiés ou sur le point de l’être dans le monde, dont 9 au Québec et 39 dans le reste du Canada. Au Québec, on trouve notamment le Humaniti, un complexe à mixité d’usages actuellement en construction au centre-ville de Montréal, ou l’édifice à bureaux Fabrik 8 Waverly dans le quartier Mile-Ex, à Montréal. WELL se veut complémentaire à LEED, la certification sur la performance environnementale des bâtiments; toutes deux sont d’ailleurs vérifiées par la même tierce partie indépendante, la Green Business Certification Inc (GBCI).

lemay1

L’un des espaces du Phénix, où sont installés les bureaux de Lemay, édifice inspiré par les critères de design biophilique que l’on retrouve dans la certification WELL.

«Qu’ils soient neufs ou existants, tous les bâtiments peuvent se voir attribuer la certification WELL, exceptés les hôpitaux et les résidences unifamiliales», indique Hugo Lafrance, directeur de projet en développement durable chez Lemay, devenu en 2017 le premier membre de la Faculté WELL au Québec. Pour obtenir cette certification, il faut satisfaire une série de conditions obligatoires déployées à travers 7 catégories de critères: l’air, l’eau, l’alimentation, la lumière, le confort acoustique et thermique, la forme physique et l’esprit.

hugo-lafrance2

Hugo Lafrance

Parmi ses critères les plus notables, WELL exige que chacun des espaces destinés à l’alimentation (cafétérias, cuisines, machines distributrices…) soit aménagé de manière à «fournir un cadre d’offre alimentaire de qualité», ce qui exclut par exemple la nourriture de type fast-food. La certification encourage par ailleurs l’utilisation du concept d’éclairage circadien, basé sur le rythme biologique des humains en fonction du jour et de la nuit, pour créer ainsi dans le bâtiment des conditions de lumière naturelle plus adaptée aux usagers. Pour limiter la sédentarité, WELL favorise les transports actifs grâce au développement d’un design actif comme les supports à vélos ou les vestiaires équipés de douches. Enfin, les projets doivent offrir des conditions favorables à la santé mentale et la santé sociale, notamment grâce au «design biophilique qui réintroduit la végétation dans les bâtiments ou offre aux occupants une signalisation leur permettant d’être plus conscients de leur environnement pour créer des conditions mentales propices au bien-être

Parallèlement à tous ces aménagements, les critères WELL se transposent également à travers des politiques des ressources humaines définies par les entreprises en vue d’influencer positivement le comportement de leurs employés; en pratique, il s’agit par exemple de mesures de conciliation travail-famille, de programmes couvrant les dépenses de soins de santé alternative ou d’un abonnement dans un gymnase.

waverly

L’édifice à bureaux Fabrik8, actuellement en construction dans le quartier Mile-Ex à Montréal, vise la certification WELL.

Mais au-delà de son rôle de levier sur la santé publique, WELL offre aux entreprises l’opportunité de mieux gérer les dépenses attachées aux ressources humaines, un poste qui peut représenter près de 90% des dépenses dans une entreprise de services. Une compagnie a ainsi le potentiel de limiter l’absentéisme et le présentéisme de ses employés et par ricochet d’augmenter la productivité de l’organisation grâce à une gestion de l’aménagement et des politiques en ressources humaines établis selon les critères proposés par la certification WELL. Une telle approche se traduirait, selon de récentes études, par «un retour sur investissement [en l’espace] d’une année


Hugo Lafrance présentera plus en détails le fonctionnement de la certification WELL et ses bénéfices pour les entreprises lors de la Conférence Novae à Québec, le 21 mars prochain. Programme et inscription.


 

Photo de Une: les espaces de travail du cabinet d’architecture Lemay, dans le Phénix, bâtiment certifié WELL.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis