Dans un contexte de pénurie de main-d’oeuvre, les entreprises n’ont pas d’autres choix que d’innover en matière de bien-être des employés.

La norme Entreprise en santé (BNQ 9700-800), première du genre au niveau mondial, encourage les organisations à promouvoir la santé et le bien-être dans leur milieu de travail à travers son programme de certification. Lancée en 2008 par le Bureau de normalisation du Québec (BNQ), elle outille les organisations pour agir sur quatre sphères d’activités reconnues pour avoir un impact sur la santé physique et psychique des employés: les habitudes de vie, l’environnement de travail, les pratiques de gestion et la conciliation travail/vie personnelle.

desurmont

Isabelle De Surmont

Sa particularité réside dans sa mise en œuvre puisque chaque organisation doit mobiliser et consulter le personnel pour investiguer les besoins et les pistes d’amélioration possibles. Sur cette base, un comité composé d’employés et de représentants de l’organisation élabore ensuite un plan d’action. «Cette norme est facile d’accès et laisse une très grande marge de manœuvre aux organisations qui peuvent la modeler à leur façon», souligne Isabelle De Surmont, auditrice auprès du BNQ.

Concrètement, des investigations dans les habitudes de vie ou les pratiques de gestion peuvent mettre en lumière par exemple un problème de stress élevé des employés et amener une entreprise à offrir des conférences sur la gestion du stress ou des ateliers de yoga. D’autres besoins décelés dans les sphères de l’environnement de travail ou de l’équilibre travail/vie personnelle peuvent quant à eux conduire à l’aménagement de postes de travail ergonomiques pour éviter les maux de dos ou à la mise en place d’horaires variables pour offrir plus de flexibilité aux employés. La norme encourage l’amélioration continue des bonnes pratiques et les audits annuels menés auprès des organisations certifiées montrent que celles-ci s’améliorent au fil des années: «elles commencent souvent par des activités de sensibilisation, pour aller ensuite vers des interventions plus profondes, en proposant aux employés des horaires auto-gérées par exemple.»

Les bureaux de la SSQ à Québec figurent parmi les établissements certifiés Entreprise en santé.

Les bureaux de la SSQ à Québec figurent parmi les établissements certifiés Entreprise en santé.

L’engouement pour cette norme est de plus en plus perceptible, selon Isabelle De Surmont. La mise en place de bonnes pratiques en santé dans le milieu de travail a en effet un impact sur la rétention et l’attraction des employés, ce qui est de bon augure dans le contexte actuel de pénurie de main-d’œuvre. Isabelle de Surmont croit d’ailleurs que les organisations n’ont actuellement pas d’autres choix que de se «différencier en offrant plus qu’un salaire: les employés veulent des organisations qui se préoccupent de leur bien-être au travail. Lorsque je vois le sourire des employés du CISSS de Chaudière-Appalaches [récemment certifié], je me dis que cette organisation aura une plus grande facilité que d’autres à recruter du personnel.»

La certification Entreprise en santé, renouvelable tous les trois ans, s’adresse à tous les types d’organisations publiques ou privées, quels que soient leur taille et leur domaine. On trouve parmi elles, un ministère, un Cégep, des villes, mais aussi des compagnies manufacturières et de services. Le BNQ présentera cette année une norme révisée, ce qui sera l’occasion de la soumettre au Conseil canadien des normes pour la faire reconnaître à l’échelle canadienne et élargir ainsi son application à l’ensemble du Canada.


Isabelle de Surmont interviendra à la Conférence Novae – L’entreprise humaine, qui se tiendra à Québec le 21 mars. Pour consulter le programme et s’inscrire.


Photo de Une: Alex Kotliarskyi

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis