Et si attirer – et fidéliser – les talents au sein des entreprises passaient par des pratiques de gestion durables des ressources humaines?

Qu’il s’agisse de recrutement, de relations de travail ou de fidélisation des employés, comment les gestionnaires d’entreprise peuvent-ils s’aligner sur les principes de développement durable et intégrer des valeurs sociales et environnementales dans leurs actions? Le management responsable apporte en ce sens des solutions concrètes, et c’est précisément cette approche qu’explore le programme de codéveloppement Instaurer des pratiques de GRH dans le cadre d’un management responsable, une série d’ateliers qui débutera le 19 février 2019.

Ce programme vise à «accompagner les participants dans le développement ou dans l’amélioration des pratiques de management responsable de leur entreprise par la gestion durable des ressources humaines», explique Natalie-Ann Shorteno, CRHA, l’initiatrice de cette formation et conseillère en développement des petites entreprises en matière de ressources humaines et financières. L’objectif est de mener une réflexion sur ce concept qui se fonde sur la responsabilité sociale des entreprises, pour mettre en place des actions quotidiennes qui ont un impact concret sur le bien-être des personnes et de la planète, tout en assurant la viabilité de l’entreprise.

natalie-ann

Natalie-Ann Shorteno, CRHA

Pour ce faire, la démarche proposée par Natalie-Ann Shorteno se structure autour des 7 fonctions de la gestion des ressources humaines, tel le recrutement, la formation et la rémunération. Celles-ci sont analysées à travers 7 valeurs fondamentales – efficacité, intégrité, dévouement, audace, solidarité, humilité, agilité – que Luc K. Audebrand, professeur de management à l’Université Laval, a identifiées comme étant les plus communément utilisées dans le management responsable.

En pratique, une réflexion sur les valeurs d’humilité et de solidarité par exemple, peut mener à créer un impact positif dans le cadre d’un processus de recrutement. L’entreprise peut ainsi souligner chez un candidat non sélectionné les qualités qu’elle a perçues de lui en entrevue, voire l’orienter dans sa recherche d’emploi. Natalie-Ann Shorteno relate d’ailleurs que cette démarche a déjà eu pour résultat d’inspirer un candidat non sélectionné à vanter les valeurs de l’entreprise à un ami, ce qui a incité ce dernier à postuler pour l’emploi en question pour ensuite se faire engager par cette entreprise. Autre exemple: une réflexion sur les valeurs fondamentales du management responsable sert à remédier à la pénurie de main-d’œuvre et à créer des relations durables avec les employés. À l’heure où ceux-ci sont professionnellement en quête de sens en termes d’implication et d’épanouissement au travail, «le management responsable aide à changer la façon d’aborder les employés et à enrichir leur expérience de travail à travers, par exemple, une structure de gestion circulaire et moins hiérarchisée.»

Conçue pour les gestionnaires des ressources humaines ou pour les dirigeants de petites entreprises «qui veulent incarner le développement durable dans la gestion de leurs ressources humaines», cette formation comprendra 9 ateliers mensuels au cours desquels les participants seront amenés à s’autoévaluer, apprendre, échanger et explorer collectivement des solutions. Enfin, un coaching individuel offrira, à chacune des 8 entreprises participantes, un accompagnement pour élaborer un projet de gestion des ressources humaines concret relié au management responsable.


Le programme, qui se tiendra à la Maison du développement durable, à Montréal, débutera le 19 février. Pour information et inscriptions, cliquer ici.


La rédaction de cet article a été financée par Natalie-Ann Shorteno.

Photo de Une: Brooke Cagle

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis