Tendances et stratégies à venir, voici comment nous voyons l’année qui s’ouvre devant nous.

L’année 2018 semble avoir marqué un tournant. Les défis environnementaux et climatiques n’ont jamais autant fait parler que ces derniers mois: de la démission très médiatisée du ministre français Nicolas Hulot au lancement du Pacte pour la transition, du soubresaut causé par l’impact des pailles de plastique aux mouvements zéro-déchet, pas un jour ne passe sans que les discussions familiales et l’attention des médias ne reviennent sur l’un de ces sujets. Tant mieux. Prise de conscience que les années passent et que la situation ne s’arrange pas? État de choc face aux nouvelles plus alarmantes les unes que les autres? Ras-le-bol généralisé face à des classes politiques scandaleusement attentistes? Même les scientifiques, connus pour leur devoir de réserve, interpellent directement nos dirigeants, criant haut et fort l’urgente nécessité d’agir.

2018 touche à sa fin. Si les débats ont été vifs, ils le seront davantage encore en 2019. Chez Novae, nous sommes aux premières lignes des changements de paradigmes qui s’opèrent: chaque jour nous côtoyons ces dizaines et dizaines d’entrepreneurs à impact qui fourmillent à travers le Québec, ceux qui forgent l’économie de demain. Ce qui nous permet de déceler tôt les tendances de fond, celles aujourd’hui encore marginales mais qui demain frapperont de plein fouet les entreprises et industries dites conventionnelles.

Et puisque Noël s’en vient, nous vous offrons ce modeste cadeau: quatre tendances que nous vous conseillons vivement de surveiller afin d’aborder 2019 sereinement.

1 – Les entreprises ne généreront plus de déchets (elles les utiliseront)

Le lancement par Adidas, fin 2016, de cette chaussure faite à partir de plastique récupéré des océans devrait être vu comme un signal important: les grandes marques vont s’approprier les principes d’économie circulaire et cet engouement va gagner toutes les industries. De Plastic Bank à Vancouver, qui réintroduit dans les processus de fabrication du plastique récupéré sur les zones côtières, à Loop Mission, la startup québécoise qui revalorise fruits, légumes et pain dans ses boissons, la tendance est lancée: le déchet est aujourd’hui une perte, en générer moins et en revaloriser plus sera en 2019 un axe d’innovation incontournable pour les entreprises.

Adidas6

À l’image de ces chaussures Adidas faites à partir de plastique récupéré des océans, les entreprises utiliseront de plus en plus de «déchets» dans la fabrication de leurs produits.

2 – Les entreprises ne fabriqueront plus

L’ère de l’obsolescence programmée, qu’on le veuille ou non, touche logiquement à sa fin. Produire, consommer, jeter n’étant plus acceptable, il faut inventer un autre modèle économique par lequel on fabrique de moins en moins. C’est ce qui a conduit une grande marque comme SEB à déployer toute une stratégie en vue de faire durer ses produits au moins 10 ans. Comment? En assurant leur réparabilité et en se dotant d’un réseau de fablabs en mesure d’imprimer en 3D les pièces nécessaires aux réparations de ses grille-pains et autres cafetières. Plus récemment, Ikea et H&M se sont lancés dans ce créneau de la «durabilité» et de la «revalorisation» de leurs produits, profitant de la croissance du marché de seconde-main. Autre exemple: pourquoi fabriquer toujours plus de produits quand on peut louer ceux qui existent déjà? C’est ce que font le service d’auto-partage Car2Go (propriété de Daimler) ou la plateforme de location entre particuliers Turo, deux systèmes qui, ultimement, peuvent contribuer à fabriquer moins d’automobiles. Certes, les entreprises ne cesseront pas de fabriquer en 2019; elles seront en revanche de plus en plus nombreuses à fabriquer moins, et à se tourner vers une économie de service, nouveau paradigme de la fidélisation de la clientèle.

SEB_

Avec sa politique de Garantie 10 ans, SEB veut fabriquer moins et réparer (et fidéliser) plus.

3 – Pour recruter, les entreprises devront s’engager

La pénurie de main-d’oeuvre frappe, et continuera de frapper fort en 2019. La bonne recette pour attirer – et retenir – les talents n’a jamais été aussi complexe : salaire et avantages, ambiance de travail, mais aussi valeurs de l’entreprise. Ce dernier point s’avérera de plus en plus un facteur-clé dans la guerre de talents que se livrent les employeurs. Le manifeste lancé en octobre en France – à travers lequel plus de 25 000 étudiants s’engagent notamment à ne pas travailler pour des entreprises qui ne se préoccupent pas assez des enjeux sociétaux – devrait être vu par les entreprises d’ici comme un véritable signal d’alarme : les futurs employés demanderont de plus en plus, avant d’accepter un poste, si leur employeur éventuel fait partie du problème – ou de la solution. Il y a plus de 115 000 postes qui ne trouvent pas preneurs actuellement au Québec: les entreprises ont intérêt à mettre toutes les chances de leur côté pour se distinguer. Et leur engagement sociétal constituera un argument de poids.

crowd

4 – Les entreprises mesureront TOUTES leurs performances (pas juste financières)

Suite logique des trois premières tendances, le succès d’une entreprise ne pourra plus se mesurer uniquement à l’aune de sa rentabilité financière. Pour preuve, le mouvement croissant – ici et un peu partout dans le monde – des entreprises B Corp, certification qui encadre les engagements sociaux et environnementaux de l’organisation. Ou encore ce projet de loi, en France, qui pourrait très prochainement instaurer le statut d’«entreprise à mission»: au-delà de ses objectifs économiques, l’entreprise pourra officiellement intégrer des buts sociaux et environnementaux à sa stratégie d’affaires – et donc mettre en perspective ses engagements sociétaux dans ses résultats financiers. En clair, les signaux se multiplient: le succès d’une entreprise sera de plus en plus le reflet de sa réelle utilité dans la société.

vancity

L’institution financière Vancity est l’une des 200 entreprises canadiennes certifiées B Corp.


Êtes-vous prêts pour 2019?

Nous, nous le sommes: devant tous les défis que doivent relever nos sociétés, nous voyons autant d’opportunités d’innovation – de réinventer nos entreprises, leur utilité, leur fonction. Nous y croyons, et vous êtes nombreux à y croire aussi. En 2019, nous poursuivrons notre mission: informer et mobiliser tous ceux qui veulent être acteurs de ce changement. Nous le ferons principalement de trois manières :

1 – par notre infolettre que vous êtes toujours plus nombreux à lire chaque jeudi (nous avons récemment franchi la barre des 11000 abonnés – merci à chacun de vous!).

2 – par nos événements, notamment les Prix Novae, dont une nouvelle mouture sera lancée en mars afin de reconnaître les 20 meilleures réalisations à impact de l’année, ou le prochain Forum Novae qui se consacrera spécifiquement aux défis et opportunités liées à l’utilisation du plastique dans nos vies et nos industries.

3 – par nos interventions auprès des organisations – entreprises, villes, régions… – qui cherchent à structurer leur vision et à faciliter la compréhension de ces nouveaux modèles dans leurs écosystèmes.

L’année 2019 sera assurément stimulante. Vous et nous, tous ensemble, sommes déjà engagés dans cette révolution. Il nous faut simplement continuer à avancer, et nous atteler à faire rêver le plus grand nombre qu’un avenir positif et engagé est à notre portée !

Bonne année à tous !


Photo de Une: Steve Halama

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis