L’entreprise québécoise Muses Urnes Design propose de revisiter nos rites funéraires pour en réduire l’empreinte environnementale.

Muses Urnes Design cherche à réduire l’empreinte environnementale que nos rituels funéraires (plus de 60 000 Québécois décèdent en moyenne chaque année) ont notamment sur les sols et les nappes phréatiques. Son approche? Une urne funéraire écoconçue qui «se transforme» en arbre. Entrevue avec Marie-Claude Lemire, fondatrice de cette entreprise sélectionnée au concours Mouvement 2019.

Expliquez-nous ce qu’est Muses Urnes Design
Nous proposons des urnes funéraires sur un site Internet transactionnel depuis deux ans. Notre produit phare est une urne biodégradable, certifiée produit funéraire écologique par le Green Burial Council, et récompensée par le Prix développement durable et écodesign en design industriel en 2018 [remis par l’Association des designers industriels du Québec].

Vous vous attaquez au problème de l’empreinte environnementale de l’industrie funéraire: pourquoi avoir décidé d’agir sur ce problème ?
Pour l’instant, il n’y a pas de façon, après la mort, d’être complètement vert au Québec puisqu’il est interdit d’être enterrer dans un linceul directement en terre. Or aujourd’hui l’inhumation est la pratique funéraire la moins écologique: les gens sont obligatoirement enterrés dans un cercueil et ils sont nombreux à être embaumés, ce qui implique l’utilisation de produits toxiques qui se libèrent dans le sol après la décomposition du corps. Si l’empreinte environnementale de la crémation est quant à elle plus faible, le procédé de crémation ordinaire par le feu est malgré tout énergivore et émet des émissions de GES.

marie-claude-lemire

Marie-Claude Lemire

Concrètement, quelle est votre solution ?
Notre objectif est de proposer des urnes funéraires qui réduisent l’impact environnemental à la fois sur les cimetières et sur les matériaux utilisés dans leur fabrication. Notre concept est donc un produit écodesign à la fois esthétiquement zen, complètement biodégradable – et qui en plus permette la pousse d’un arbre. Pour répondre à ce dernier critère, le défi était de trouver un matériau qui neutralise le pH des cendres pour permettre la croissance de la semence d’arbre. Résultat: la partie inférieure de l’urne qui contient les cendres, est composée d’un mélange de chaux et de marc de café recyclé lié par une gélatine; la partie supérieure de l’urne, qui contient la semence de l’arbre, est faite d’argile naturelle et se dégrade au fil du temps dans la terre. Cette conception permet ainsi d’avoir un objet que l’on peut garder chez soi et qui dure dans le temps, puis qui s’avère également biodégradable en deux semaines une fois mis en terre, créant un terreau fertile favorable à la croissance de l’arbre. Le système de plantation est conçu de manière à débuter la plantation de l’arbre à l’intérieur afin de maximiser la germination et la croissance de la semence, avant de mettre l’urne et l’arbre en terre plusieurs mois plus tard.
Parallèlement à cette urne pour humains, nous développons le marché des animaux de compagnie avec une urne de plus petite taille.

muse-urnes

Quel est votre principal défi d’affaires actuellement?
C’est avant tout la commercialisation. D’abord parce que les salons funéraires demeurent des « one-stop-shop » où tout est pris en charge, de l’urne à la cérémonie, en passant par les fleurs ou le banquet, ce qui rend difficile la vente en ligne de nos produits. D’autant que le milieu funéraire, généralement peu avant-gardiste en termes d’innovation, traite avec des distributeurs; nous nous appuyons donc depuis quelques mois sur notre propre distributeur qui couvre le Québec, l’Ontario et les Maritimes.
Ensuite, c’est un marché dans lequel il est nécessaire d’être particulièrement créatif au niveau du marketing et de la communication: d’une part parce que le sujet de la mort reste tabou et qu’il est interdit d’autre part de solliciter la clientèle cible dans certains lieux, notamment dans les foyers de personnes âgées. L’idée est donc de créer une communauté à travers les médias sociaux pour faire connaitre notre produit. Le récent Salon de la mort organisé à Montréal, mais aussi le Festival zéro déchet ou l’International death symposium en Ontario ont été d’autres occasions pour nous faire connaitre et nous rendre compte que les gens sont ouverts à des propositions innovantes telles que la nôtre.

muse2


Muses fait partie des 9 entreprises sélectionnées dans le cadre du concours Mouvement afin d’accélérer leur développement d’affaires à impact. Initié par Novae et Loto-Québec, Mouvement 2019 est mené en collaboration avec Cascades et Keurig.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis