Alors que le deux-roues séduit aussi les entreprises, Cyclochrome vise à réparer les vélos de leurs employés tout en servant sa mission sociale.

Vous êtes-vous déjà demandés qui réparait les vélos Bixi ? Il s’agit de Cyclochrome, un organisme montréalais qui, depuis 10 ans, offre des services de mécanique tout en encourageant la persévérance scolaire grâce à des cours de mécanique vélo. La formation gratuite de 350 heures, accessible aux élèves des Commissions scolaires de Montréal et Marguerite-Bourgeoys, leur permet d’obtenir un certificat de formation à l’exercice d’un métier semi-spécialisé (CFMS). «Le but est d’accompagner les élèves dans leur cheminement professionnel et personnel pour développer leurs talents et les amener vers un accomplissement de soi. Nous voulons leur donner une raison de ne pas décrocher scolairement», indique Pierre-Luc Langlois, directeur général de l’entreprise. Dans cette optique, l’organisme offre en option des cours académiques dispensés sur place en vue d’obtenir le diplôme d’étude secondaire (DES).

Cyclochrome-5173

«Plus de 220 stagiaires sont passés par notre formation depuis notre création et le taux de réussite [au certificat] s’élève à plus de 90%.» La formation contribue d’ailleurs à développer l’expertise et la rétention de spécialistes dans un domaine en pleine croissance. Près de la moitié des élèves de chaque cohorte est embauchée par Cyclochrome. «Cyclochrome compte actuellement 39 employés dont 60% est issu de la formation. Tous nos employés sont encouragés à compléter leur DES ou à prolonger leur parcours académique au CEGEP ou à l’université. On croit énormément à la formation et on veut que l’équipe soit la plus optimale possible.»

«L’acquisition de deux camions transformés en ateliers ambulants
permet à Cyclochrome de développer des services corporatifs,
à l’instar d’un projet-pilote mené au printemps avec Manuvie.»

Quant à la clientèle, l’entreprise s’adresse à des organisations qui ont une flotte importante de vélo. L’entretien des vélos Bixi est un exemple et fait de Bixi Montréal son principal partenaire. Cyclochrome est également en mesure de déployer rapidement ses mécaniciens sur le terrain pour remettre des vélos en service, un avantage dont bénéficie le SPVM, autre client de l’entreprise. L’atout de Cyclochrome est «d’offrir un service de qualité à prix avantageux tout en permettant à la clientèle de bonifier son image par son association avec une entreprise d’économie sociale.»

cyclo1

Cyclochrome est aujourd’hui l’un des plus grands ateliers mécaniques au Canada avec près de 18000 réparations par année. La demande est telle que l’entreprise recrutera une vingtaine d’employés d’ici la saison prochaine. Par ailleurs, l’acquisition de deux camions transformés en ateliers ambulants permettra dorénavant à Cyclochrome de développer des services corporatifs, à l’instar d’un projet-pilote mené au printemps avec la compagnie d’assurance Manuvie. Ainsi, dès l’an prochain, Cyclochrome proposera aux entreprises un service sur place de réparation vélo, destiné aux employés pendant que ceux-ci sont sur leur lieu de travail.

L’entreprise veut d’ailleurs être «un catalyseur dans le développement du transport actif à vélo. Avec le nombre de cyclistes sur les routes, le besoin en service mécanique se fait sentir.» Des partenariats se développent avec des organisations oeuvrant pour la mobilité durable, comme MOBA, la division transport de Développement économique Saint-Laurent,  ou le Centre de gestion des déplacements Voyagé Futé, en vue d’offrir au public des journées de mécanique vélo. Car au-delà d’un marché prometteur dans la mécanique vélo, il est nécessaire de continuer à agir pour la persévérance scolaire, «un marché qu’il est important de ne pas négliger


Vous voulez lier transport actif et engagement social? Assistez à la Rencontre Novae qui se tiendra chez Cyclochrome, le vendredi 26 octobre.


sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis