Qu’il s’agisse de ses produits biologiques ou de sa culture organisationnelle, Prana développe toute sa vision d’affaires autour de la notion d’impact positif.

L’entreprise québécoise spécialisée dans la vente de collations 100% biologiques Prana a vu, depuis ses débuts en 2005, une importante croissance du marché biologique tant au Canada qu’aux États-Unis. Son objectif: améliorer le système alimentaire en proposant des produits de qualité exclusivement biologiques et végétaliens pour leur faible empreinte environnementale. Selon Tiffanie Murillo, responsable du développement durable chez Prana, cette approche implique des décisions aiguisées en termes d’approvisionnement: «On doit chercher des fournisseurs qui respectent les critères des certifications biologiques [auxquelles nous adhérons], Ecocert Canada et USDA Organic.» Au besoin, l’entreprise mène aussi des analyses complémentaires pour s’assurer de la qualité des produits. Elle exige par ailleurs de tous ses fournisseurs dispersés dans le monde de suivre un code de conduite en vue d’assurer des conditions de travail éthiques, interdisant par exemple le travail des enfants.

prana-b-corp-certification-1600-1067_1

«La vision de Prana est d’utiliser l’entreprise pour résoudre des problèmes sociaux-environnementaux dans le système alimentaire. Il était donc logique de rejoindre le mouvement B-Corp, [une certification sur les performances d’une compagnie en développement durable]. Plus qu’une certification, c’est un mouvement d’entreprises qui œuvre au service du bien commun.» Certifiée pour la première fois en 2015, Prana a depuis amélioré son score pour se classer première entreprise B-Corp pour son volet environnement en Amérique du Nord et première au Canada pour le volet alimentaire en 2017. Pendant ces deux années, la compagnie s’est améliorée en priorisant ses actions dans la réduction de son impact environnemental. «Le cadre B-Corp nous sert comme ressource interne pour évaluer et mesurer notre performance socio-environnementale, nous différencier des autres et inspirer d’autres entreprises. Nous pensons que pour pouvoir contrôler l’impact environnemental, il faut d’abord le comprendre. Nous avons donc fait une analyse le cycle de vie de toutes nos activités d’affaires avec une tierce partie pendant près de 8 mois.» Résultats: la compagnie s’est notamment engagée dans l’achat de crédits d’énergie renouvelable, le compostage à 100 % ou le renforcement du recyclage qui a permis une réduction de la consommation du carton de 15% depuis 2016.

prana-meeting

L’approche de développement durable se déploie parallèlement à travers une culture de transparence. Une réunion organisée tous les trimestres présente aux employés les états financiers des activités de l’entreprise. Une formation leur est d’ailleurs offerte pour mieux comprendre les tenants et aboutissants de ces résultats. Prana favorise d’autre part une hiérarchie souple et l’implication des employés; à cette fin, un plan d’actionnariat leur sera prochainement proposé. L’engagement des employés est également encouragé à travers «des initiatives qui visent à les sensibiliser et les engager dans la mission de modèle alimentaire de Prana.» Dans ce sens, des cours de cuisine et des conférences sur l’alimentation durable leur sont offerts, tout comme un programme de bénévolat qui a notamment permis la plantation d’arbres.

En pleine croissance, la compagnie compte renforcer ses initiatives: «Le but est de toujours nous améliorer, notamment en ce qui concerne la réduction des déchets, la compensation des GES et l’investissement dans les énergies renouvelables. Notre objectif à l’interne est d’engager toutes les parties prenantes pour avoir un maximum d’impacts positifs.»


Assistez à la prochaine Rencontre Novae qui se tiendra chez Prana le vendredi 27 avril, en présence de Thierry Jean, président, et de Tiffanie Murillo, responsable du développement durable.


prana-food

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis