Face à l’insécurité alimentaire, les professionnels de la restauration redoublent d’inventivité pour aider les plus démunis à mieux se nourrir.

«Au Canada, l’insécurité alimentaire touche plus de 8% des ménages – cela signifie que près d’un ménage sur dix éprouve de la difficulté à bien s’alimenter, que ce soit sur le plan de la quantité ou de la qualité des aliments auxquels il a accès. C’est énorme», souligne Mickaël Carlier, président de Novae, dans sa chronique Innovation sociale, sur les ondes de Radio-Canada.

Or, si des organismes tels que les banques alimentaires et autres popotes roulantes oeuvrent à lutter contre ce problème, les professionnels de la restauration s’impliquent également. «La semaine dernière, le chef de renommée internationale Massimo Bottura a ouvert à Paris un restaurant [photo de Une] dédié exclusivement aux personnes en situation de précarité – réfugiés, sans-abris… Objectif: servir 100 repas par jour – des repas gratuits, mais gastronomiques puisqu’ils sont confectionnés par des grands chefs. De plus, les recettes sont concoctées à partir d’aliments récupérés: chaque jour, le restaurant recevra 1300 kg de produits invendus provenant notamment de supermarchés.»

refetorio3

Ce restaurant social – le quatrième qu’ouvre Bottura après ceux de Milan, Rio de Janeiro et Londres – s’inscrit dans la continuité d’un mouvement où les professionnels de la restauration s’impliquent depuis longtemps, à l’image de la Tablée des chefs, qui travaille notamment à l’éducation culinaire des jeunes en collaboration avec des chefs. «L’organisme interpelle aussi les futurs chefs: par exemple, durant tout le mois de mars, une opération mobilise plus de 500 étudiants en hôtellerie qui cuisineront plus de 100000 portions de pains de viande destinées aux banques alimentaires. Une façon à la fois de venir en aide aux plus démunis, mais aussi de sensibiliser ces futurs professionnels aux problématiques du gaspillage et de l’insécurité alimentaires

tablee

Atelier culinaire donné par la Tablée des chefs.

Au-delà de la fonction alimentaire, l’approche de Massimo Bottura va plus loin, en ajoutant des dimensions artistiques et culturelles à son projet. «Il veut aussi répondre aux problèmes de l’isolement social auxquels sont confrontées les personnes en situation de précarité, en nourrissant non seulement le corps mais aussi l’esprit. L’idée est de briser l’isolement à travers ce moment privilégié que constitue le fait de s’asseoir devant un bon repas. C’est pourquoi le lieu dans lequel a été aménagé son restaurant – la crypte de La Madeleine – a été décoré et aménagé par des grands noms du design et de l’art contemporain. Bottura souligne que « la cuisine est d’abord un acte d’amour ».»

Pour écouter la chronique au complet, cliquer ici.

refetorio

Le restaurant social de Massimo Bottura, aménagé à La Madeleine.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis