Deux nouvelles initiatives, l’une à Toronto, l’autre à Montréal, confirment l’intérêt grandissant pour la livraison à vélo.

Plus efficace, plus rapide et moins polluante, la livraison à vélo fait un retour en force dans les villes. Parmi les exemples récents, UPS vient de lancer un projet-pilote de livraison à vélo dans le secteur de l’Université de York à Toronto. Dans ce cadre, les livraisons sont effectuées par un vélo-cargo de 217 kg pouvant transporter une charge maximale de 408 kg. « Cette initiative fait partie de l’objectif d’UPS d’offrir des pratiques et des services durables aux collectivités dans lesquelles nous sommes présents, indique Murssal Akramy d’UPS-Canada. Nous nous engageons à améliorer la circulation des biens destinés aux entreprises et aux résidents à Toronto.»

Pour l’entreprise, l’initiative contribue en outre à son objectif mondial de réduire de 12% les émissions de GES de ses opérations au sol d’ici à 2025. «Les leçons tirées de ce projet-pilote détermineront la stratégie d’UPS Canada dans sa livraison par vélo à plus grande échelle à Toronto, mais aussi ailleurs en Ontario et au Canada.» UPS souhaite à plus long terme introduire des vélos munis d’un système d’assistance électrique pour augmenter l’efficacité de la livraison. Mais, selon l’entreprise, ce déploiement demeure difficile tant que le code de la route de l’Ontario limite les vélos électriques en circulation à un poids de 120 kg et une puissance de 500 W. Les conclusions tirées du projet-pilote seront pour UPS l’occasion d’entamer des discussions avec le gouvernement provincial en vue d’obtenir plus de flexibilité dans la réglementation.

UPS Canada President Christoph Atz, left, and Toronto Mayor John Tory pose with the courier company's new electric assist cargo bike in front of Toronto City Hall on Monday, October 23, 2017. THE CANADIAN PRESS IMAGES/J.P. Moczulski

Christoph Atz, président d’UPS Canada, et John Tory, maire de Toronto, devant le vélo-cargo de livraison.

À Montréal, la livraison à vélo se renforce avec l’annonce, il y a quelques jours, d’un partenariat entre l’entreprise de livraison de repas À La Carte Express (ALCE) et la jeune entreprise Fooducoin, qui a fait de la livraison à vélo –  et ce toute l’année – l’une de ses spécialités depuis ses débuts il y a un peu plus d’un an. Ce partenariat vise ainsi à développer ce mode de livraison écologique de repas.

Michel Lépine, président d’ALCE, et Thibault Bloyet, fondateur de Fooducoin.

« La livraison à vélo est plus rapide et plus efficace que la voiture, particulièrement dans une ville comme Montréal où les travaux et évènements rendent la circulation difficile, dit Michel Lépine, président d’ALCE, qu’il a fondée il y a 21 ans. Elle nous permet aussi de participer à notre milieu en réduisant notre impact en CO2. » Composée de 34 voitures et 6 vélos, la flotte de véhicules actuelle sera modifiée progressivement. L’objectif est d’atteindre un ratio de vélos allant de 35% à 45% d’ici à mai prochain. Toutefois, le remplacement de la totalité des automobiles n’est pas à l’ordre du jour, les plus importantes commandes – de 30 à 50 repas – étant difficiles à gérer avec un simple vélo.  Enfin pour Michel Lépine, il n’est pas question de se départir des livreurs en voiture qui, pour certains, sont présents depuis les débuts de l’entreprise. L’option choisie sera plutôt d’offrir les prochaines ouvertures de poste exclusivement pour la livraison à vélo.

Excursion-Boucherville-Livreurs Fooducoin

L’équipe de livreurs à vélo de Fooducoin.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis