Une ferme biologique est actuellement en développement dans un stationnement souterrain en plein coeur de Paris.

Cette ferme urbaine, La Caverne, porte bien son nom puisqu’elle se situe sur un étage inoccupé d’un stationnement souterrain loué dans un immeuble de 300 logements sociaux. Ce projet, développé par la jeune entreprise française Cycloponics, vise à recycler un espace urbain à l’abandon dans une démarche locale, durable et socialement responsable. Il a été sélectionné dans le cadre d’un appel d’offre de la mairie de Paris sur l’agriculture urbaine et la végétalisation de la ville en novembre 2016.

À l’instar d’une première expérience réalisée dans un ancien bunker à Strasbourg, Cycloponis a misé sur la technologie et l’innovation pour optimiser à la fois cet espace souterrain et l’agriculture responsable. Ce site fermé de 3600 m2 permet en effet un parfait contrôle des paramètres de la culture tout au long de l’année : qualité de l’air, température, concentration en CO2, taux d’humidité et ensoleillement à l’aide d’installations LED, etc.

bunker2

Le «Bunker comestible», première initiative de l’entreprise française.

Les cultures sont choisies pour leur capacité d’interaction entre elles et leur résistance dans un environnement souterrain. C’est le cas des champignons et des endives qui sont d’ores et déjà certifiés biologiques. La champignonnière repose sur un substrat composé de marc de café ou d’autres résidus provenant de microbrasseries parisiennes. Le CO2 dégagé des champignons favorise la croissance des autres plantes. Les pesticides et les engrais synthétiques sont bannis au profit des déchets organiques qui sont compostés et réutilisés comme fertilisants. La culture hydroponique est quant à elle utilisée pour les micro-pousses et fines herbes dans des bacs équipés de lampes LED. Enfin, la ferme développera une production maraîchère verticale comprenant choux, tomates et salades.

Photo3

Actuellement en phase de démarrage, La Caverne compte être 100% opérationnelle en 2018. Par son activité, la Caverne s’est donné pour mission d’agir sur son milieu: située dans une zone socialement défavorisée, l’entreprise s’engage à créer un lien social avec les résidents du quartier. Elle leur propose des visites organisées et des ateliers pédagogiques sur l’agriculture urbaine. Surtout, elle implique directement les habitants logeant au-dessus d’elle par l’embauche locale et l’offre de paniers à tarif préférentiel. Enfin, les dons ponctuels d’une partie de sa production profitent aux organismes communautaires qui viennent en aide aux plus défavorisés.

Photo 4

La Caverne privilégie le circuit court, sans intermédiaires, et opère directement auprès des clients qui réservent à l’avance leur panier. Cette formule permet d’établir un prix juste et de récolter le jour-même de la livraison.

L’information du public reste un enjeu. Des consommateurs demeurent encore sceptiques sur la possibilité d’obtenir une «culture biologique en parking». La présence de la Caverne sur les marchés et l’organisation de dégustations auprès des habitants du quartier sont autant d’occasions pour communiquer sur l’absence de résidus dangereux sur les produits et de leur caractère sain.

Photo2

 

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis