Un tout premier Festival Zéro Déchet se tiendra à Montréal les 14 et 15 octobre prochains.

 

Organisé au Marché Bonsecours, le festival se présente comme un incubateur d’idées et de solutions pour initier le changement vers un mode de vie plus écologique et durable, «sans pression ni culpabilité»! Daniel Vézina, chef émérite de la cuisine québécoise et reconnu pour son engagement dans la réduction du gaspillage alimentaire, est le porte-parole de cette première édition.

Pour Laure Mabileau, présidente de l’Association québécoise Zéro Déchet (AQZD), à l’initiative de l’événement, la programmation du festival a été conçue pour « inspirer, outiller et agir ». Sur deux jours, la programmation compte plus d’une trentaine d’ateliers pratiques et de conférences ainsi qu’une foire de plus de 60 exposants tous secteurs confondus. « Chacun pourra trouver les réponses aux enjeux qui l’intéressent pour avancer dans sa démarche, à son rythme » souligne Laure Mabileau. Nul besoin d’être un expert du zéro déchet pour être festivalier. La programmation diversifiée a été construite pour satisfaire autant les simples curieux que les « enviro-sympathisants » prêts à passer à l’action et les inconditionnels de ce mode de vie. « Nous souhaitons à la fois démystifier cette tendance pour les personnes curieuses d’en savoir plus, créer le facteur déclencheur pour un changement de comportement chez les sympathisants, et renforcer la communauté zéro déchet existante à Montréal. »

 

Banniere_Facebook_DansLeSac

Extrait de la campagne de communication du festival (photo: Marjorie Guindon)

Quand on sait qu’au Québec, chaque habitant produit en moyenne 724 kg de déchets par an, l’objectif affiché du zéro déchet peut sembler inatteignable. Pourtant, « le « zéro » ne doit pas être un facteur de pression pour le citoyen. « La campagne de communication du festival a été construite sur un ton festif et positif en valorisant les solutions et les gestes simples à adopter au quotidien. La poubelle est aussi le plus petit dénominateur commun que l’on peut trouver pour mobiliser les citoyens. Quand on s’intéresse à la poubelle, la réduction des déchets prend une dimension individuelle et quotidienne. Elle n’est plus seulement une responsabilité gouvernementale. »

Voyages, alimentation, mode, bien-être, cosmétique, … : des solutions et des alternatives zéro déchet et zéro gaspillage existent dans tous les secteurs de notre vie quotidienne. « Outre la réduction à la source et le gaspillage alimentaire, ce sont des thématiques aussi variées que la consommation locale, le transport actif ou encore les économies d’énergie qui seront repensées. » Les conférences, gratuites et accessibles à tous, permettront d’aborder la démarche zéro déchet sous différents angles, à travers par exemple le portrait de familles engagées, de citoyens pionniers ou d’entrepreneurs sociaux. Parmi les invités, Julie Poitras-Saulnier, des Jus Loop, Dorian Zéphir, du café Le 5e et Andréanne Laurin, de l’épicerie LOCO, partageront leurs expériences entrepreneuriales. Le festival accueillera également Robert Reed, porte-parole de Recology, coopérative en charge de la collecte et du traitement des déchets pour la ville de San Francisco. Autre grand moment fort de ces deux jours, la conférence et dégustation de Daniel Vézina consacrée à la « cuisine réfléchie » se tiendra le dimanche 15 octobre de 13h à 14h.

Le festival est le premier d’une série de projets portés par l’AQZD qui pourrait servir de tremplin pour la suite. L’organisation espère notamment mobiliser une communauté grandissante de citoyens engagés pour influencer des choix politiques toujours plus ambitieux en matière de protection environnementale.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis