Inventé au Québec, ce potager intérieur vise à aider les citoyens à produire leurs propres fruits et légumes biologiques à domicile.

C’est OGarden, une startup fondée à Lévis à la fin de 2016, qui a imaginé ce petit potager intérieur qui prend la forme d’un tambour de 90 cm de diamètre déposé sur une armoire en bois. Le système permet de produire plus de 80 fruits et légumes tels que des salades, différentes variétés de choux ou encore des fraises.

_OGARDEN3

Le projet a fait l’objet d’une campagne de socio-financement grâce à laquelle la jeune entreprise a reçu 110 000 $ en 30 jours. « Cela nous a permis de valider notre idée et nous a encouragé a lancer officiellement l’entreprise », raconte Pierre Nibart, cofondateur d’OGarden. Aujourd’hui, le système permet de récolter fruits et légumes quotidiennement tout en nécessitant seulement quelques minutes d’entretien. « Cela revient à 30 sous le légume biologique, ce qui est parfois 10 fois moins cher qu’en épicerie. Si vous suivez les étapes que nous conseillons à chaque utilisateur de respecter, ça fonctionne à tous les coups!» 

Lire aussi : IGA ouvre le plus grand potage biologique… sur un toit

Avec cette innovation, l’entreprise s’est donnée deux objectifs principaux : aider les citoyens à se doter d’une certaine autonomie alimentaire et avoir un impact environnemental en encourageant une agriculture de proximité. « Le système alimentaire actuel nous rend trop dépendants des épiceries et des sources d’approvisionnement qui polluent énormément, que ce soit par le transport ou les emballages, c’est une situation non-pérenne. »

_OGARDEN1

Par ailleurs, Ogarden a fait le choix de fabriquer ses produits uniquement au Canada. « Nous utilisons les matériaux les plus écologiques que nous pouvons trouver sur le marché. Certaines pièces sont mêmes fabriquées par des associations de personnes à capacités réduites. C’était primordial pour nous de combiner impact environnemental et impact social. » Les produits utilisés pour cultiver les fruits et légumes sont eux aussi tous canadiens : de la terre venant d’Ontario aux engrais de Gaspésie, en passant par les semences de différentes régions du Québec.

Lire aussi : Hochelaga, un toit potager pour lutter contre les «déserts alimentaires»

Reste que le prix peut encore freiner le consommateur. OGarden est vendu à 1500$, ce qui inclut l’équipement complet, le transport, la terre, l’engrais et les semences nécessaires à une première production de 100 légumes. « C’est ce que coûte un produit de cette envergure fabriqué 100% au Canada. Sa durée de vie est estimée à plus de 10 ans donc il peut très bien se rentabiliser, tout dépend de la quantité de légume qu’on mange. Nous en avons vendu plus de 200 potagers OGarden en à peine 10 mois et nous recevons des appels de personnes du monde entier! »

L’entreprise souhaite aujourd’hui consolider ses activités au Québec mais lorgne aussi l’Europe où l’intérêt est très important. « En Europe, le besoin est plus fort qu’au Québec parce que les gens qui habitent en ville ont beaucoup moins d’espace qu’ici. Or c’est vraiment pour les gens qui n’ont pas beaucoup de place que nous avons créé ce produit. »

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis