La fintech montréalaise Impak Finance a vendu pour plus d’un million de dollars d’Impak Coin, la première cryptomonnaie légale en Amérique.

Rappelons qu’Impak Finance a comme mission de remettre la finance au service d’une économie réelle ayant un impact social positif. L’organisation s’est donnée le mandat d’utiliser toutes les technologies financières les plus récentes, en les couplant à des principes de collaboration, de cocréation et de transparence pour atteindre cet objectif. « Nous voulons faire en sorte que tous les citoyens aient une plateforme pour supporter l’économie d’impact et puissent être récompensés pour leurs actions. Notre volonté est que l’argent de chaque citoyen puisse devenir un catalyseur de changement social », raconte Paul Allard, cofondateur d’Impak Finance.

Lire aussi : Impak Finance, la future banque qui veut changer le monde

Celles et ceux qui suivent le parcours d’Impak Finance depuis ses débuts doivent se souvenir de son lancement officiel en octobre 2016 : l’entreprise lançait alors une campagne d’investissement participatif afin de créer une banque spécialisée dans l’investissement d’impact. L’objectif était de créer un écosystème financier transparent et collaboratif où les citoyens pourraient investir dans des initiatives qui reflètent leurs valeurs. Résultat : en deux mois, la fintech a réussi à amasser près de 1,5 million de dollars auprès de 1548 investisseurs. « La réussite de cette campagne a été un signal très encourageant, mais créer une banque ne se fait pas du jour au lendemain, et surtout cela prend beaucoup plus d’argent. Ainsi, la création d’une cryptomonnaie semblait être le meilleur moyen pour atteindre progressivement cet objectif. Lorsque nous aurons assez d’utilisateurs d’Impak Coin, nous pourrons créer la banque dont nous parlons depuis le début de cette aventure. »

__paul_allard_impakfinance_4x5_200dpi

Paul Allard, cofondateur d’Impak Finance

La campagne que mène actuellement Impak Finance est donc bien différente de celle menée l’année dernière. « Le 21 août dernier, nous avons décidé de lancer la prévente publique de l’Impak Coin, la première cryptomonnaie dédiée à l’économie d’impact et entièrement conforme aux lois canadiennes », explique Paul Allard. Pour encadrer le déploiement de cette cryptomonnaie, Impak Finance a mis en place un réseau social nommé impak.eco, un écosystème qui s’adresse à trois types d’acteurs : les entreprises qui offrent des produits ou services à impact social ou environnemental, les citoyens, ainsi que les partenaires en capitaux. « Les citoyens et les entreprises font partie des pierres angulaires de notre modèle puisque c’est grâce à eux que la transition vers une économie d’impact plus forte se fera. Aujourd’hui, les nouvelles générations d’entrepreneurs se rendent compte que maximiser les profits n’est pas suffisant ; il faut apporter une solution à un problème social ou environnemental comme peuvent le faire ici les Jus Loop, Téo Taxi ou encore Alvéole. Cet engouement citoyen permettra de convaincre les partenaires en capitaux d’avoir confiance et d’investir dans notre écosystème. »

Lire aussi : La nouvelle vague de la finance responsable

Conçu pour une utilisation quotidienne, les transactions dans l’écosystème impak.eco sont gratuites pour les commerçants et les clients. En récompensant avec des Impak Coins la participation des utilisateurs, Impak Finance y voit un incitatif assurant que tous continuent à développer l’économie d’impact. « Pour la création d’Impak Coin, nous nous sommes beaucoup inspirés des monnaies locales parce qu’elles ciblent une consommation de proximité ; à l’exception du fait que nous souhaitons être une cryptomonnaie mondiale permettant de faire le pont entre les différentes communautés d’impact à travers le monde. » Pour éviter la spéculation souvent associée aux cryptomonnaies, la valeur de l’Impak Coin est de 1 $ canadien et sera revue chaque trimestre selon l’offre et la demande.

À ce jour, plus de 2200 personnes détiennent des Impak Coin, en provenance de 72 pays (dont les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre, la France et l’Italie) et ont investi en moyenne 500$. Au total, ce sont plus de 1,5 millions d’Impak Coins qui ont été émis. « Ce qui est impressionnant c’est que seulement 50% des acheteurs sont canadiens, c’est un bon signe pour nous qui avons une ambition internationale. Nous espérons désormais atteindre les 2 millions d’Impak Coins d’ici la fin de la campagne. » Les investisseurs du monde entier ont en effet jusqu’au 20 septembre 2017 pour mettre la main sur cette nouvelle cryptomonnaie qui a déjà convaincu des personnalités comme Jean-Martin Aussant et George Laraque.

* A noter que Paul Allard sera conférencier dans le cadre du Forum Novae, le 25 octobre prochain.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis