Aider les personnes souffrant d’anxiété grâce à un robot: c’est ce sur quoi travaille Mr Young, une startup québécoise.

Fondée par trois jeunes entrepreneurs, Mr Young a construit un robot – ou « bot » – dont la mission est d’aider les utilisateurs à gérer leurs angoisses quotidiennes et à trouver des pistes de solution. Comment ça marche? Il suffit d’aller sur l’application de messagerie instantanée « Messenger » et de communiquer avec le bot comme si l’on parlait à un ami. Le robot engage la conversation en s’inspirant de la Thérapie Cognitivo-Comportementale, utilisée pour traiter les troubles anxieux. Cette approche, reconnue comme l’une des méthodes des plus efficaces pour approcher l’anxiété, aidera l’individu non seulement à reconnaître ses symptômes, mais aussi et à en mesurer l’intensité. Au fur et à mesure de la conversation, le bot emmagasine des données dans le but d’aider l’utilisateur à trouver la meilleure solution à son problème. Par exemple, le bot pourra le conseiller de regarder une vidéo inspirante susceptible de répondre à son problème, de lire un livre sur le sujet, d’aller consulter un psychologue ou encore de pratiquer la méditation et le yoga. Dans un second temps, l’objectif du bot sera d’aider l’utilisateur à contrer lui-même ses modes de fonctionnement qu’il aura jugé problématiques ou sources de stress.

_mryoung

« Notre public ce sont les 15-35 ans parce que ce sont ces personnes qui utilisent le plus Messenger, mais on s’adresse généralement à tous les individus à l’aise avec l’utilisation de ce genre d’applications, explique Arthur Degand, cofondateur de Mr. Young avec Édouard Ferron Mallett et Nicolas Urena. Les causes d’anxiété varient selon l’âge mais on a décidé de se concentrer sur les personnes qui sont les plus à risque: selon plusieurs recherches, 75% des problèmes arrivent avant l’âge de 25 ans. La génération des 15-30 ans aujourd’hui est plus anxieuse que les générations précédentes. Il faut tout faire pour ne pas la laisser s’embourber dans l’anxiété. »

Au cours de leurs recherches, les trois entrepreneurs se sont rendus compte de deux choses : la première est que la grande majorité des gens parlent peu de leurs problèmes d’anxiété parce qu’ils ont peur d’être jugés. Si bien que 80% des gens souffrant d’anxiété ne se soignent pas. La seconde est qu’aujourd’hui une multitude de solutions existent pour contrer les problèmes d’anxiété : qu’il s’agisse de vidéos ou d’article, de faire du sport ou encore de participer à des ateliers sur la santé mentale comme ceux qu’offre Revivre, un organisme qui vient en aide aux personnes touchées par l’anxiété, la dépression ou la bipolarité. « On est dans un brouillard de solutions et les gens ne savent pas laquelle choisir. Mr Young est là pour faire le tri de manière anonyme, 24h sur 24, 7 jours sur 7, raconte Arthur Degand. L’anxiété est un sujet tabou dans notre société, or c’est aussi un problème en pleine croissance. Il n’y a pas de recette miracle pour régler ce problème. On a donc décidé de créer un outil qui pourrait apporter une solution. On veut être une première écoute pour guider les gens vers la meilleure voie. »

Lire aussi : Tendances 2017, le numérique au service de l’innovation sociale

L’ensemble des recherches sur l’anxiété s’accordent à dire qu’entre le moment où une personne perçoit les problèmes de stress et le moment où elle passe à l’action, de 8 à 10 ans se sont écoulés. En général toutes ces anxiétés naissent durant la jeunesse, entre 15 et 25 ans. Ces «petits» symptômes qui ne sont pas pris en compte grossissent et peuvent se transformer en dépression ou autre burnout. « Notre objectif est que quelque part dans ces 8 ou 10 ans, nous puissions orienter les gens et les aider à faire face à leurs problèmes. Plus le problème est pris tôt, mieux c’est », poursuit Nicolas Urena.

arthurdegand

Arthur Degand, cofondateur

« Ce projet est parti d’une petite idée qu’on a eu avec Arthur et Édouard. Cela faisait quelques fois qu’on voyait qu’il y avait de l’anxiété chez chacun de nous, explique Nicolas Urena. Et puis un jour d’août 2016, j’étais dans le bus et j’appelle Arthur, j’étais en retard à un rendez-vous et j’étais très stressé. Cela faisait déjà un moment qu’on entendait parler des bots et c’est là que nous avons fait la connexion. On a décidé de créer un bot qui pourrait aider les gens qui ont les mêmes problèmes que nous. L’idée de converser avec un robot est venue naturellement puisque les applications de messagerie instantanée sont parmi les applications les plus utilisées. » Aujourd’hui, l’application de messagerie instantanée « Messenger » compte plus de  1,5 milliard d’utilisateurs actifs.

Les trois amis ont créé un prototype qu’ils ont présenté au Coopérathon, une compétition qui s’intéresse aux projets liant nouvelles technologies et santé. Mr Young y a remporté un prix, qui incluait notamment une inscription au concours XPRIZE, compétition majeure en intelligence artificielle. « Aujourd’hui on a une démo de Mr. Young que nous avons testé auprès d’une centaine de personnes au cours des six derniers mois. Nous sommes en train de finaliser une deuxième version qui va sortir au tout début du mois de juillet, puis une troisième version sera disponible en avril 2018 ; c’est elle qu’on présentera au Xprize », conclut Nicolas Urena.

Pour tester la version démo, cliquer ici.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis