Lumière sur Project SucSeed, une startup qui utilise la culture hydroponique afin de lutter contre l’insécurité alimentaire.

À l’échelle du Nord canadien, l’insécurité alimentaire frappe entre 17 % (Yukon) et 20 % (Territoires du Nord-Ouest) des ménages, des chiffres qui sont au-dessus de la moyenne canadienne qui se situe à 13 %. Au Nunavut, où la situation est la plus criante, un ménage sur deux fait face à une problématique d’insécurité alimentaire; et un ménage sur cinq fait face à une insécurité alimentaire grave, au point où les adultes et/ou les enfants mangent moins ou sautent des repas régulièrement. Une des solutions pour augmenter la disponibilité de produits frais et réduire le prix de ces denrées est de produire localement cette nourriture. L’hydroponie – cette culture hors-sol qui permet de produire une grande variété de végétaux, dont des fruits et légumes, peu importe la période de l’année – est ainsi une technique qui suscite de plus en plus d’intérêt.

Lire aussi : ÉAU, la première ferme verticale urbaine en aquaponie au Québec

À St-John, où l’insécurité alimentaire touche un ménage sur six, la startup Project SucSeed a développé un concept visant à permettre aux habitants de la ville, et plus largement à tous ceux qui habitent à Terre-Neuve et Labrador, de produire leurs légumes via la méthode hydroponique. La start-up a ainsi conçu un kit (dont le prix varie entre 250 et 350$) qui comprend des bacs de germination et de culture ainsi qu’un système intégré autonome en eau et lumière LED. Project SucSeed fournit également des semences et nutriments qu’il suffit de planter dans les pots: quelques semaines suffisent pour obtenir des tomates, des salades et autres végétaux.

Lire aussi : Une banque alimentaire produit ses propres poissons et laitues

__sucseed5

Project SucSeed fournit des kits hydroponiques qui permettent de produire des fruits et légumes en quelques semaines

Les unités hydroponiques de Projet SucSeed sont conçues pour fournir aux citoyens une solution peu coûteuse et à haut rendement pour la production de leur propre nourriture. Par rapport aux méthodes traditionnelles, le design hydroponique permet de cultiver deux fois plus rapidement, avec seulement un dixième de l’eau utilisée. Selon l’entreprise, chaque système peut générer plus de 300 kilos de nourriture par an, à un coût d’exploitation inférieur à 2$ par semaine. En moyenne, l’entreprise estime que la plupart des «cultivateurs» remboursent leur investissement dans les huit premières semaines d’utilisation.

Lire aussi : Quand l’hydroponie s’invite à l’Université Laval

Pour la fabrication de ses bacs hydroponiques, Project Sucseed s’est associé à Choices for Youth, un organisme qui oeuvre auprès des jeunes à risque ; ce qui a permis la création de six emplois.

Aujourd’hui 500 de ses bacs de production hydroponique sont en service, notamment dans des coop alimentaires mais aussi dans des maisons de retraite, des écoles, et même dans des centres correctionnels.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis