D’une boulangerie à une microbrasserie, en passant par l’usine de Bombardier, une trentaine d’entreprises développeront une «symbiose» industrielle afin de réduire collectivement leur empreinte environnementale.

L’objectif de ce projet lancé par la MRC de Kamouraska est d’utiliser les principes de l’économie circulaire afin de déployer un modèle vertueux plus sobre dans sa consommation de ressources, d’eau et d’énergie. Un système qui permet également de tendre vers des procédés de production «zéro déchet» et «zéro GES». Parmi les ambassadeurs de ce programme se trouvent plus d’une trentaine d’entreprises de la région dont la Fromagerie le Mouton Blanc (photo de Une), de La Pocatière, le manufacturier de véhicules agricoles Compagnie Normand, de St-Pascal, l’usine Bombardier Transport de La Pocatière, ou encore le centre de développement de bioproduits Biopterre, également à La Pocatière.

Lire aussi : Les gouvernements, acteurs clés dans la transition vers une économie circulaire?

L’ensemble de ces entreprises se sont donc engagées dans une démarche d’économie circulaire pour les prochaines années. Certaines d’entre elles travaillent sur la valorisation des cendres de chaudières à la biomasse afin d’en faire de la matière résiduelle fertilisante, ce qui permet de les détourner de l’enfouissement ; d’autres travaillent sur des enjeux d’efficacité énergétique. C’est le cas par exemple des bâtiments de la Fromagerie le Mouton Blanc qui ont été conçus en vue d’atteindre une efficience optimale. L’entreprise, qui vise par ailleurs le « zéro déchet » en 2018, teste aussi plusieurs avenues qui lui permettraient de se passer complètement des plastiques agricoles.

La démarche de la MRC stimule également des synergies: par exemple, la microbrasserie Tête d’Allumette donne ses résidus brassicoles – la drêche – à des agriculteurs de la région qui les utilisent dans la nourriture des bovins. Ou encore, une entreprise qui génère des résidus de mousse de polyuréthane est en train d’explorer différentes options de réutilisation de cette matière afin de l’intégrer dans de l’emballage pour de l’expédition, qu’elle-même pourrait utiliser mais aussi d’autres entreprises.

Lire aussi : Loop, le jus de fruit qui lutte contre le gaspillage

« Notre objectif est de créer une véritable symbiose industrielle via un réseau d’entreprises maillées entre elles par des échanges de matières, d’eau, d’énergie, de savoirs », raconte Émilie Dupont, coordonnatrice du projet pour la Société d’aide au développement de la collectivité du Kamouraska.

teteallumette

La microbrasserie Tête d’Allumette, à Saint-André, donne ses résidus brassicoles à des agriculteurs de la région qui les utilisent dans la nourriture des bovins.

La MRC souhaite également mettre en place sur son territoire les principes de l’économie de la fonctionnalité, qui vise à remplacer la notion de vente du bien lui-même par celle de la vente de l’usage de ce bien. Cette approche optimise l’usage ou la fonction d’un bien ou d’un service en créant de la valeur de l’usage et non du bien, une valeur que l’on souhaite la plus élevée possible pendant le plus longtemps possible.

La MRC de Kamouraska a reçu une aide financière de 75 000$ de Développement économique Canada pour les régions du Québec (DEC) pour déployer ce modèle de développement économique circulaire dans la région. Ce financement sera géré par le Fonds d’investissement local de la MRC qui s’occupera du déploiement du programme.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis