La Ville de Brossard s’associe à une startup québécoise pour lancer un projet-pilote destiné à inciter ses citoyens à adopter le covoiturage.

Le projet-pilote s’appuie sur l’offre de Netlift, une startup québécoise qui permet de jumeler des conducteurs et des passagers afin qu’ils puissent partager des trajets, en fonction des horaires qui leur conviennent. Par exemple, un citoyen inscrit à Netlift qui se rend en voiture à son travail tous les jours de Brossard à Boucherville peut offrir de prendre un ou plusieurs passagers intéressés par le même trajet. Netlift rembourse une partie des dépenses du conducteur (entre 50 % et 75 %, selon les cas) liées directement aux trajets effectués, notamment l’essence, le stationnement et le kilométrage. Pour le passager, les coûts de son forfait mensuel varient en fonction de son scénario de déplacement. « Pour moi, il s’agit d’une application concrète des principes de l’économie collaborative encadrée par l’Etat », estime Marc-Antoine Ducas, fondateur de Netlift.

Lire aussi : Netlift, une application de covoiturage multimodal

Le projet-pilote consiste à offrir aux Brossardois (qu’ils soient conducteurs ou passagers) des rabais et le remboursement de certains frais reliés au covoiturage automobile. L’entente entre Netlift et Brossard prévoit en effet que la Ville assume une partie importante des coûts d’utilisation des citoyens passagers faisant appel à la plateforme. Par exemple, un passager qui détient un forfait de covoiturage avec Netlift à 195 $ par mois verra sa mensualité réduite à 75 $, puisque Brossard paiera la différence. La participation financière maximale de la ville de Brossard s’élèvera à 547 000 $.

_netlift1

Netlift permet de jumeler des conducteurs et des passagers afin qu’ils puissent partager des trajets, en fonction des horaires qui leur conviennent.

C’est la première fois qu’une municipalité québécoise met des fonds publics directement à la disposition de ses citoyens en vue d’améliorer la mobilité via une plateforme multimodale. « Les avantages de cette entente sont multiples pour Brossard, dit le maire de la municipalité, Paul Leduc. Investir dans des infrastructures de transport en commun est complexe et coûte très cher. Le projet-pilote mise sur l’engagement des citoyens et sur les possibilités offertes par l’économie de partage pour augmenter la disponibilité et la diversité des offres de transport sur le territoire. Le programme s’inscrit dans nos objectifs de réduire la congestion automobile, le nombre de places utilisées dans les stationnements incitatifs et accroître le recours à des solutions alternatives de transport. Il permettra aussi de collecter des données d’utilisation précieuses pour mieux planifier la mobilité à Brossard. »

« Avec ce nouveau partenariat, notre objectif reste le même : réduire le nombre d’auto-solo sur les routes, ajoute Marc-Antoine Ducas. Aujourd’hui, nous comprenons mieux les comportements des citoyens et les contraintes qui sont liées aux transports de personnes. Ce que nous voulons c’est proposer un réseau intermédiaire entre la voiture solo et les transports en commun, tout en diminuant l’impact environnemental que peuvent avoir ces déplacements. Est-ce que l’autobus est toujours la solution la plus écologique ? Pas tout le temps, en dessous d’un certain seuil de passagers, cela devient une solution très polluante. »

Lire aussi : Netlift, le covoiturage multimodal qui fait recette

Le contrat de service liant Netlift et la Ville de Brossard a été accordé pour une durée d’un an, avec possibilité de renouvellement pour deux années additionnelles. Le service devrait être disponible pour les résidents de Brossard à compter du 15 mai.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis