Cette installation permet à la fois de contourner la rareté des espaces sur l’archipel, tout en tirant avantage de la réverbération à la surface de l’eau.

L’entreprise technologique Kyocera et le groupe financier Century Tokyo Leasing, ainsi que la société française Ciel et Terre, travaillent sur la construction de la plus grande centrale solaire flottante du monde: celle-ci sera d’une surface de plus de 330 000 p2, soit plus de quatre terrains de football. Elle sera composée de deux unités, installées sur les plans d’eau de Nishihira et de Higashihira, à Kato, dans la région de Kobe. Ensemble, les deux unités produiront 16 170 mégawatts par heure (MWh) chaque année, assez pour répondre aux besoins énergétiques annuels d’environ 5 000 ménages.

Lire aussi : Transformer les objets du quotidien en panneaux solaires

_jpn3

Le pays voit en ce type d’installation une solution idéale pour répondre à sa problématique de rareté de l’espace.

Depuis la catastrophe de Fukushima en 2011, le Japon cherche de nouvelles façons de produire de l’électricité. Si l’énergie solaire est une avenue séduisante, l’idée d’utiliser la mer permet de combler le manque d’espace qui constitue une forte contrainte à l’installation de parcs solaires sur l’archipel. La solution adoptée, des plateformes solaires flottantes Hydrelio développées par Ciel et Terre, consiste donc en un système de flotteurs attachés les uns aux autres sur lesquels sont posés les panneaux photovoltaïques.

Les terrains au Japon étant très dispendieux, cette énergie produite sur mer s’avère plus rentable que celle produite sur la terre ferme, offrant ainsi un meilleur retour sur investissement. De plus, grâce à la réverbération sur la surface de l’eau, ces panneaux produisent davantage d’électricité que ceux installés sur les toits.

Lire aussi : Une montréalaise invente un sac à dos qui produit de la lumière

_jpn4

Les terrains au Japon étant très dispendieux, cette énergie produite sur mer s’avère plus rentable que celle produite sur la terre ferme.

Cette technologie mise au point par Ciel et Terre, une entreprise de Lille, dans le nord de la France, s’avère d’ailleurs très populaire en Asie : l’entreprise a déjà installé une trentaine de centrales flottantes sur le continent. L’inauguration officielle du parc solaire flottant de Kato est prévue pour le début de 2018.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis