La Banque alimentaire de Mississauga, en Ontario, s’est récemment lancée dans l’aquaponie afin de proposer des produits frais aux plus démunis.

Rappelons que l’aquaponie est une technique qui allie l’aquaculture (l’élevage d’organismes aquatiques) et l’hydroponie (la culture de plantes hors-sol). Les poissons y produisent une eau riche en nutriments qui nourrit les plantes, tandis que ces dernières filtrent l’eau qui est réutilisée dans l’élevage des poissons. L’aquaponie est apparue pour la banque alimentaire de Mississauga une option très pertinente puisque la quasi-absence de ferme ou de maraîcher dans la région mettait en péril les activités de l’organisation.

Lire aussi : ÉAU, la première ferme verticale urbaine en aquaponie au Québec

Depuis un peu plus d’un mois, la banque alimentaire de Mississauga a ainsi lancé AquaGrow Farms, sa propre ferme aquaponique – une première en Ontario. L’eau utilisée pour les aquariums sert à faire pousser les laitues, soit une quarantaine de plants par semaine. Les racines flottent dans cette eau, qui contient une haute concentration de fertilisants provenant des déjections des tilapias du Nil. Dans ce processus en boucle fermée, les plantes, à leur tour, nettoient l’eau pour les poissons qui, en six mois, atteignent environ un kilo. La banque alimentaire prévoit de distribuer ses premiers poissons frais à la fin mars.

Lire aussi : Le projet en aquaponie ÉAU remporte le concours Mouvement

Les dirigeants de la Banque alimentaire de Mississauga espèrent que leur expérience incitera d’autres banques alimentaires à adopter l’aquaponie, un modèle qui ne nécessite pas un grand espace, idéal pour des zones urbaines éloignées des terres agricoles. En 2016, près de 90000 ont fait appel à la Banque alimentaire de Mississauga, la sixième plus grande ville au Canada avec une population de 720000 habitants. L’organisme estime qu’il donnera 600 poissons et 11 000 laitues tous les ans aux plus démunis.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis