Plusieurs dizaines d’entreprises internationales, dont Coca-Cola, Mars et Veolia, s’engagent dans un vaste plan d’action destiné à repenser complètement la façon dont elles produisent et recyclent les matières plastiques.

C’est dans le cadre du Forum de Davos que la Fondation Ellen MacArthur et le cabinet McKinsey ont rendu publique cette semaine une étude mettant en lumière les ravages du plastique sur l’environnement. Parmi les constats les plus alarmants : on prévoit que d’ici à 2050, il y aura plus de détritus plastiques dans les océans que de poissons. On y souligne en outre que, chaque année, de 80 à 120 milliards de dollars d’emballages plastiques ne sont pas recyclés.

Lire aussi : Adidas lance ses chaussures faites de plastique récupéré des océans

Face à cette réalité alarmante, les auteurs de l’étude estiment nécessaire une refonte totale de la filière des emballages, et des plastiques en général, en recherchant notamment des alternatives au pétrole comme matériau de base pour leur production — l’étude indique que, si rien ne change, cette filière consommera 20 % de la production pétrolière en 2050. C’est pour insuffler cet important changement industriel que le Forum de Davos et la Fondation Ellen MacArthur ont développé le plan d’action « The New Plastics Economy : Catalysing Action », auquel plusieurs grands groupes ont annoncé l’adhésion. L’un des objectifs est de mobiliser toute l’industrie en vue d’atteindre un taux de réutilisation et de recyclage de 70% de tous les emballages plastiques mondiaux – un chiffre qui plafonne actuellement à 14% seulement.

p2

Chaque année de 80 à 120 milliards de dollars d’emballages plastiques ne sont pas recyclés.

Ce plan, initié en mai 2016, a déjà obtenu le soutien de plus de 40 groupes majeurs, dont Unilever, Danone et Dow Chemical. Outre ces grands industriels, la volonté est de mobiliser l’ensemble des acteurs l’industrie du plastique — des fabricants de produits chimiques aux producteurs de biens de consommation, en passant par les détaillants, les autorités municipales et les recycleurs — afin de bâtir un système mondial plus efficace. « Il s’agit du bon moment pour déployer ce type d’initiative. Les multinationales et les pouvoirs publics sont prêts à agir et, pour la première fois, nous observons un fort consensus sur ce sujet et surtout une volonté d’agir », indique Ellen MacArthur par voie de communiqué.

Lire aussi : Un projet open-source pour transformer et réutiliser son plastique

À travers ce plan d’action, la Fondation Ellen MacArthur souhaite donc lancer la refonte des formats d’emballages et élaborer un ensemble de normes mondiales pour leur conception. Il vise également à améliorer les systèmes de recyclage en mettant en œuvre des projets de collaboration entre les entreprises participantes et certaines grandes villes. Pour soutenir ce passage à une forme d’économie circulaire et inspirer innovateurs et entrepreneurs, la Fondation Ellen MacArthur et la firme de design IDEO ont conçu un guide de design circulaire.

Parmi les industriels mobilisés, Unilever vient d’annoncer qu’il s’engageait à rendre tous ses emballages plastiques pleinement réutilisables, recyclables ou compostables d’ici à 2025, incitant toute l’industrie des biens de consommation à accélérer les progrès vers l’économie circulaire. Le groupe publiera également la liste complète des matériaux plastiques utilisés dans ses emballages d’ici à 2020 afin d’aider à créer un standard commun en matière plastique recyclable.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis