Alors que le nouveau Planétarium ouvrait il y a quatre ans au coeur du complexe muséal dédié à la nature Espace pour la vie, rencontre avec son directeur général, Pierre Lacombe.

Rappelons qu’Espace pour la vie regroupe le Planétarium, l’Insectarium, le Biodôme et le Jardin Botanique, quatre institutions dédiées aux liens qui unissent l’être humain à la nature. A l’occasion de la prochaine Rencontre Novae qui se tiendra le 24 février au Planétarium, entrevue avec Pierre Lacombe.

Vous allez bientôt fêter le quatrième anniversaire du Planétarium, quel rôle occupe-t-il au sein d’Espace pour la vie ?

L’arrivée du Planétarium a marqué une étape déterminante dans la consolidation d’Espace pour la vie, faisant de ce complexe la plus grande concentration d’institutions muséales en science de la nature au Canada. Outre son architecture écoresponsable, le Planétarium innove avec une approche de l’astronomie totalement inédite: nos équipements à la fine pointe de la technologie sont gage d’une expérience inédite pour le public et, au-delà des informations astronomiques qu’offre généralement ce type d’institution, le Planétarium fait le lien entre le ciel et la vie par les sciences bien sûr, mais aussi par l’art et la poésie. Une démarche innovante qui le positionne comme un précurseur sur le plan international. Ce qui nous guide, c’est la volonté de rapprocher l’humain à la nature dans un contexte urbain. Espace pour la vie est avant tout un complexe qui est là pour susciter la curiosité et pour prendre une pause du rythme de vie effréné que représente la vie en ville. Cela permet à la fois de prendre un moment de repos tout en comprenant mieux l’environnement qui nous entoure.

___© Espace pour la vie (Daniel Choinière)_5

Crédit photo : Daniel Choinière

L’architecture-même du Planétarium est remarquable : quels ont été les défis d’un tel projet?

Nous sommes une des rares structures de ce type à avoir organisé un concours international pour dessiner les plans du Planétarium. À l’issue de la compétition, c’est la firme d’architecture montréalaise Cardin + Ramirez qui a obtenu le mandat puisqu’elle a démontré un intérêt marqué pour des constructions favorisant les énergies renouvelables et le développement durable. Elle répondait d’ailleurs parfaitement à nos objectifs tels qu’obtenir une certification Leed Platine. De plus, il n’était pas évident de construire à côté d’un bâtiment aussi imposant que le Stade Olympique: il s’agissait de ne pas dénaturer l’histoire de ce site. Nous avons réussi à être en symbiose avec cette enceinte mais aussi avec le Biodôme avec qui nous partageons les mêmes installations de géothermie. Le Planétarium dispose également de toits verts et est entouré de beaucoup de végétation, ce qui a contribué à réduire considérablement les îlots de chaleur aux alentours.

__cr_Espace pour la vie (Jean-François Hamelin)JF Hamelin_01A9281

Crédit photo : Jean-François Hamelin

__EspaceVie2_A7945

Pierre Lacombe, directeur du Planétarium

Après près de quatre années d’activité, quel bilan tirez-vous ?

Depuis l’ouverture en avril 2013, nous sommes très fiers de notre bilan, nous avons réussi à créer une nouvelle institution muséale à Montréal qui se distingue par sa modernité. En 2016, nous avons dépassé le cap du million de visiteurs – c’est d’ailleurs tout Espace pour la vie qui a eu une très bonne année, avec 2 millions de visiteurs (dont 34% provenaient de l’extérieur du Québec), soit une augmentation de plus de 23 % depuis 2011. D’un point vue plus local, l’impact sur l’Est de Montréal nous rend très fiers: l’arrivée du Planétarium a permis la création de nombreux emplois mais aussi de devenir un lieu incontournable pour les écoles qui y voient une manière d’apprentissage innovante pour leurs élèves.

Que vont découvrir les participants lors de la Rencontre Novae ?

Dans un premier temps, nous allons présenter les caractéristiques de notre bâtiment et la genèse de sa construction, ainsi que les valeurs socio-environnementales qui nous guident. Nous exposerons également les technologies qui font la particularité de nos présentations au public et nous répondrons aux questions des participants. Ensuite, nous effectuerons une visite inédite du Planétarium en visitant certains espaces non accessibles au public.

La Rencontre Novae / Planétarium se tiendra le vendredi 24 février de 9h00 à 11h30.
Pour s’inscrire, cliquer ici.

_______Cardin Ramirez Julien21_hi_web____

Photo de Une: Jean-François Hamelin

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis