Avec Biopolis, le WWF initie une plateforme destinée à aider les villes canadiennes à bâtir des communautés autour de leur biodiversité.

Conçu en partenariat avec Concertation Montréal (CMTL), ce portail vise à rassembler et connecter les communautés scientifique, institutionnelle et citoyenne pour mettre en commun les connaissances, les projets et les expertises en biodiversité urbaine. Il recensera les initiatives montréalaises en matière de protection de la biodiversité. Véritable «fenêtre ouverte sur la biodiversité urbaine», Biopolis présente à la fois des projets innovants issus de tous les milieux notamment des «bionniers» – ces citoyens, chercheurs et porteurs de projets mis en valeur sur la plateforme – ainsi qu’un centre de documentation regroupant les ouvrages qui mettent de l’avant les tendances et les meilleures pratiques en matière de biodiversité urbaine. Les projets abordent l’un ou plusieurs des neuf thèmes privilégiés par Biopolis, dont la conservation, l’agriculture urbaine, les infrastructures vertes et les espèces exotiques envahissantes. Une cinquantaine de projets sont déjà présents sur la plateforme, ainsi qu’une soixantaine de documents (thèses scientifiques, rapports, guides…) et plus de 70 bionniers.

Lire aussi : WWF et RSA veulent mobiliser 1000 entreprises

L’objectif principal de Biopolis est de faciliter les connexions et le partage des connaissances. « Les nombreuses forces vives présentes sur le territoire montréalais, telles que les institutions tournées vers le savoir, les organisations à portée internationale, les chercheurs, les porteurs de projets témoignent de l’importance du secteur de la biodiversité pour la métropole. Biopolis se veut un vecteur de développement qui connecte les acteurs, qui facilite le transfert des connaissances et qui permet le rayonnement de l’excellence montréalaise en biodiversité urbaine et participe à consolider le titre de Montréal comme ville de savoir », raconte Richard Deschamps, vice-président de Concertation Montréal.

biopolis_2

Les projets présents sur Biopolis abordent des thèmes comme la conservation, l’agriculture urbaine, les infrastructures vertes et les espèces exotiques envahissantes

Selon le WWF-Canada, la création d’une plateforme comme Biopolis s’inscrit dans une réalité où les villes reconnaissent de plus en plus l’importance de protéger et favoriser la biodiversité sur leurs territoires. « Aujourd’hui plus de la moitié de la population mondiale vit en milieux urbains. La restauration de notre patrimoine naturel et la protection de la biodiversité sont des étapes essentielles pour aider les villes à s’adapter aux changements climatiques », explique David Miller, président et chef de la direction du WWF-Canada. 

Lire aussi : Le Palais des Congrès, laboratoire d’agriculture urbaine

À plus long terme, la plateforme pourrait jouer un rôle important pour la revégétalisation des villes partout Canada puisque WWF s’est donné comme objectif d’implanter Biopolis dans plusieurs autres grandes villes canadiennes, dont Vancouver et Toronto d’ici à 2020.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis