Le navigateur franco-suisse Yvan Bourgnon prépare un voilier à quatre coques destiné à décontaminer les océans pollués par les détritus de plastique.

Connu pour avoir effectué un tour du monde sur un catamaran non habitable sans GPS, le navigateur franco-suisse Yvan Bourgnon a imaginé un bateau destiné à nettoyer les océans. Ce quadrimaran (bateau à quatre coques), nommé Manta, fera 60 mètres de long  et  71,5 mètres de large, et sera équipé d’un «peigne» géant de 72 mètres de large qui ratissera la mer pour récupérer tous les matériaux flottants. Des tapis roulants entraîneront alors les déchets récupérés vers les soutes des deux coques centrales, de 300 m3 chacune. De plus, une grue servira à récupérer des déchets plus volumineux tels que des filets de pêche dérivants.

Le Manta avancera lentement (environ 2 nœuds, soit moins de 4 km/h) afin d’évitera de piéger les mammifères marins. Pour cela, la vitesse du vent devra être comprise en 15 km/h et 55 km/h, une configuration qui, selon Yvan Bourgnon, arrive environ 300 jours par année.

Lire aussi : Jeunes Marins Urbains, des voiliers qui changent le monde

Capture d’écran 2016-11-09 à 14.57.42

Le Manta souhaite décontaminer les mers et océans pollués par les détritus de plastique

Le navigateur explique qu’il n’est pas ici question d’espérer ratisser tous les déchets – on vise plutôt deux objectifs : d’abord oeuvrer dans les zones les plus contaminées — estimées à environ 10 000 aux quatre coins de la planète –, et y faire du ramassage alors que les déchets ne sont pas encore très fragmentés, rendant leur récupération relativement aisée. Le deuxième objectif est de mener des actions ponctuelles et rapides lorsque des pollutions accidentelles se produisent, lors de grandes inondations par exemple. Selon Yvan Bourgnon, l’important est d’agir puisqu’une récente étude menée par la Fondation Ellen MacArthur et le cabinet McKinsey estime qu’en 2050, la masse de plastique présente dans l’océan sera égale à celle des poissons. Selon ce document, cette masse triplera en effet entre aujourd’hui et 2050, passant de 150 à 750 millions de tonnes.

Lire aussi : Nemo’s Gardern, développer… l’agriculture sous-marine

theseacleaners1

Pour mener à bien son projet, le navigateur a créé l’association The Sea Cleaners et lancé une campagne de sociofinancement afin de couvrir une partie du financement une partie du projet. Depuis le 14 octobre, le projet a déjà recueilli plus de 95 000 euros grâce au soutien de plus de 1300 contributeurs. Par ailleurs, le projet sera présenté en détails lors de la Cop 22 qui se tient actuellement à Marrakech.

Lire aussi : Des australiens inventent un « aspirateur » pour les océans

Yvan Bourgnon sur son catamaran non habitable sans GPS lors de son tour du monde

Yvan Bourgnon lors de son tour du monde

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis