C’est à HEC Montréal, via son pôle en gestion des entreprises sociales IDEOS, que le Yunus Social Business Centre fera son entrée au Canada.

Rappelons que le Yunus Social Business Centre est un organisme dédié à aider les entreprises à résoudre des problèmes socio-environnementaux, notamment en matière de santé, d’éducation et d’énergies renouvelables. L’organisme a été mis sur pied par l’économiste Muhammad Yunus, fondateur de la banque de microcrédit Grameen qui contribue à aider les populations rurales les plus démunies du Bangladesh à sortir de la pauvreté, et pour laquelle il a reçu le prix Nobel de la paix en 2006. Créé en 2011, l’organisation agit aujourd’hui à travers ses 27 centres implantés notamment en Amérique Latine et en Europe – le centre de Montréal sera le premier au Canada.

Lire aussi : Jean-Martin Aussant, « Le Québec est l’un des leaders mondiaux de l’économie sociale »

Un des objectifs du centre de Montréal, dirigé par le professeur agrégé en management Luciano Barin Cruz, sera de travailler avec les entreprises canadiennes pour le développement de projets à impact social. « L’objectif est de mobiliser l’expertise des grandes entreprises canadiennes pour des projets socialement innovants », explique Luciano Barin Cruz, qui illustre son propos avec l’exemple de l’association entre la banque Grameen et Danone. Ensemble, les deux organisations ont créé pour le Bangladesh un yogourt « fortifiés » à faible coût pour aider à combattre la malnutrition infantile. Un de ces yogourts couvre 30% des besoins quotidiens d’un enfant en vitamine A, en zinc et en iode.

Lire aussi : L’entrepreneuriat social en cinq tendances à suivre

HECyunuscentre

Luciano Barin Cruz, codirecteur du Pôle Ideos et directeur du futur Yunus Centre de Montréal, Muhammad Yunus, Johanne Turbide, codirectrice du Pôle Ideos, et Lamiya Morshed, directrice exécutive du Yunus Centre.

Par ailleurs, Luciano Barin Cruz explique que les projets soutenus par le centre doivent être rentables. « L’impact social est l’objectif principal, mais l’entreprise doit y parvenir en vendant des produits et des services qui assurent son financement. Dans le cas du yogourt fortifié, son coût est certes très faible, mais les gens doivent l’acheter, le produit n’est pas donné », souligne le professeur qui estime qu’il est primordial pour des élèves d’école de commerce d’être sensibilisés à l’innovation sociale et aux différentes types d’organisations qui peut en découler.

Lire aussi : Adam Spence, « L’innovation sociale n’a jamais été aussi forte au Canada »

Ce nouveau centre s’inscrit dans les objectifs du Pôle Ideos de travailler sur les différentes formes d’organisations sociales. Le Pôle développe des projets de recherche appliquée, de formation, d’accompagnement et de transfert d’expertise pour améliorer la gestion ainsi que la gouvernance des entreprises et organisations à vocation sociale ou communautaire. « L’idée d’avoir un Yunus Centre à HEC germe depuis 2014 et cela va se concrétiser en 2017 avec notamment l’organisation de notre concours Social Business Creation qui permettra aux étudiants de développer leur idée d’entreprise sociale », conclut Luciano Barin Cruz.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis