La Fondation David Suzuki lance un programme de bourses de recherche afin d’aider trois jeunes scientifiques à résoudre d’importants enjeux environnementaux.

L’organisation offrira à trois jeunes chercheurs une bourse annuelle de 50000 $ et une allocation de 5000 $ pour couvrir leurs frais de déplacements ainsi qu’un poste de travail et un ordinateur. Les trois boursiers seront accueillis dans les bureaux de la Fondation à Montréal, Toronto et Vancouver, où ils mèneront des travaux de recherche de solutions aux changements climatiques dans les domaines des transports, des énergies renouvelables et du savoir traditionnel autochtone.

Lire aussi : Google veut soutenir l’innovation sociétale au Canada

« Quand j’ai été accepté au Amherst College du Massachusetts dans les années 1950, j’ai pu y aller grâce à une bourse d’études bien garnie, raconte David Suzuki. J’y ai obtenu un baccalauréat spécialisé en biologie, et je me suis ensuite inscrit à l’Université de Chicago, où j’ai obtenu une autre généreuse bourse qui m’a permis de terminer mes études de doctorat en trois ans. Je connais la valeur du soutien et de l’appui financier dont ont besoin les étudiants et chercheurs universitaires qui ont envie de voir leurs connaissances et leur formation s’appliquer à quelque chose d’utile. »


Supervisé par le personnel et des mentors de la Fondation, chaque boursier devra mener un projet de recherche sur une année et participer à l’action et aux projets de la Fondation. Les boursiers apprendront également des stratégies de communication et d’intéressement du public qui leur permettront de mieux diffuser et faire connaître les résultats de leurs recherches.  Au cours de cette première année du programme, les trois boursiers travailleront à trouver des solutions aux changements climatiques afin d’accélérer la transition du Canada vers un avenir sobre en carbone. Plus spécifiquement, le boursier de Vancouver cherchera des solutions novatrices en ce qui touche aux aspects économiques rattachés aux énergies renouvelables, celui de Toronto travaillera à l’intégration du savoir traditionnel autochtone dans la recherche de solutions aux changements climatiques alors que le boursier de Montréal s’intéressera aux enjeux liés au transport à l’échelle régionale et nationale.

Lire aussi : La seconde édition de Mouvement est lancée

« J’ai beaucoup de gratitude envers tous ceux qui m’ont aidé – académiquement et financièrement – tout au long de mes études. J’espère aujourd’hui pouvoir aider à mon tour de jeunes étudiants et chercheurs brillants qui veulent mettre leurs connaissances au service de solutions à quelques-uns des graves enjeux environnementaux de notre époque », conclut David Suzuki.

Ces bourses sont offertes aux citoyens canadiens, ou étudiants étrangers ayant un visa de travail en règle, diplômés de maîtrise ou de doctorat, ou doctorants de dernière année. Les candidatures sont acceptées jusqu’au 1er février 2017.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis