Québec International a lancé cette semaine une plateforme destinée à promouvoir l’expertise manufacturière québécoise en matière de bâtiments durables.

Baptisé Quebox, ce projet mené en collaboration avec le Réseau en bâtiment vert et intelligent (BVI) est à la fois un regroupement de manufacturiers québécois et un outil de commercialisation. Il comprend notamment une matériauthèque virtuelle de produits et technologies adaptés à la construction de bâtiments à faible empreinte carbone. La plateforme regroupe pour le moment une quinzaine de manufacturiers et plus de 80 produits, matériaux, technologies et systèmes constructifs québécois favorisant la certification Leed.

« Dans le contexte où la lutte aux changements climatiques est une priorité à l’échelle planétaire, la construction durable ne peut plus être vue comme une simple tendance de marché. C’est aujourd’hui une réalité incontournable », explique Normand Hudon, architecte et président de BVI.

tour_aimia

La Tour Aimia, dans le centre-ville de Montréal, a reçu la certification Leed Or en 2015.

Dédiée aux architectes, entrepreneurs et spécialistes de produits, cette matériauthèque virtuelle constitue une aide à la décision adaptée aux spécificités de tout type de projet de construction ou de rénovation durable. Il permet aux utilisateurs de trouver l’information nécessaire pour juger de la performance d’un produit, incluant la déclaration environnementale de produit (DEP). La plateforme permet également à l’utilisateur d’entrer directement en contact avec les fabricants.

Lire aussi : Les maisons LEED ouvrent leurs portes au public

Quebox mise également sur le déploiement d’une stratégie de commercialisation vers les marchés ontariens et du nord-est des États-Unis : des missions commerciales et une série de présentations auprès d’architectes et spécialistes y seront déployées progressivement au cours des prochains mois et des prochaines années. « Le Québec dispose d’avantages comparatifs significatifs avec l’accès à une énergie et des ressources renouvelables abondantes. Nos manufacturiers peuvent tirer profit de ces avantages et développer des produits plus performants sur le plan environnemental », ajoute Normand Hudon.

En Une : le nouveau pavillon Lassonde du Musée national des beaux-arts du Québec (photo: Bruce Damonte).

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis