Le groupe français de produits électroménagers SEB s’engage à ce que tous ses produits puissent être réparés pendant 10 ans.

Le groupe SEB, qui détient notamment les marques Tefal, Moulinex et Calor, s’engage à mener une politique d’innovation durable. À travers cette nouvelle stratégie, appelée « éco-conception, recyclabilité et impression 3D », le groupe propose désormais à ses clients de les aider à réparer leurs produits électroménagers en panne. Cette démarche sera appliquée à tous les nouveaux produits – soit plus de 3000 par année – qui afficheront dorénavant l’étiquette « produit réparable 10 ans ». Selon SEB, cette approche visant à réduire la surconsommation constitue aussi une façon d’éviter que des clients partent chez un concurrent : selon l’entreprise, cette stratégie devrait augmenter de 8% les intentions d’achat.

Pour mettre en place cette nouvelle politique, 6 millions de pièces détachées seront stockées dans un entrepôt en Franche-Comté (France) dans le but de réparer à prix raisonnable les pannes de 97% des produits du groupe durant une dizaine d’années. Une fois le stock épuisé, le fabricant proposera une solution alternative avec des pièces imprimées en 3D. SEB a déjà investi, en France, dans deux imprimantes 3D, et une troisième est en prévision. Dans une perspective à plus long terme, deux autres seront installées à Hong Kong et au Brésil, où le groupe est également présent.

Lire aussi :  3D printing technology, great news for entrepreneurs and for the environment

Le groupe n’en est pas à son coup d’essai en termes d’innovation durable puisqu’il a rejoint en 2015 le Science Based Targets, une initiative lancée par le WWF pour inciter les grandes entreprises mondiales à s’engager publiquement en faveur d’objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre. La même année, en partenariat avec le groupe spécialisé en gestion de l’eau et des déchets Veolia, SEB a mis en place une boucle d’économie circulaire pour le petit électroménager recyclé en France. Ainsi, les déchets électriques et électroniques sont valorisés par Veolia sous forme de matières premières recyclées, puis utilisés par le Groupe SEB pour produire de nouveaux appareils. La première application concrète de ce partenariat concerne une centrale vapeur fabriquée sous la marque Rowenta, dont le boîtier est en polypropylène recyclé. En 2015, le taux de recyclabilité des familles de produits électriques du Groupe SEB conçues dans l’année a atteint près de 79%. SEB prévoit aussi déployer à plus grande échelle, dès le premier trimestre 2017, un projet-pilote de son service de location d’appareils culinaires, nommé Eurêcook.

Lire aussi : HOP, l’association contre l’obsolescence programmée

Avec son approche « éco-conception, recyclabilité et impression 3D », le groupe prévoit d’ici la fin de 2016 réparer près de 500 000 produits. Et pour inciter les consommateurs à adopter le réflexe de réparer plutôt que de jeter, une politique tarifaire transparente sur les pièces de rechange a également été mise en place : les pièces ne doivent pas dépasser 30% du prix du produit neuf. SEB a même pensé à un système où les consommateurs pourraient procéder eux-mêmes à des réparations basiques grâce à des tutoriels en ligne.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis