Après Québec, la plateforme de sociofinancement et de mentorat La Ruche s’implante à Montréal et dévoile les sept premiers projets à financer.

Lancée il y a trois ans à Québec, la plateforme de sociofinancement avait pour objectif premier de motiver et stimuler la population à s’impliquer dans le développement économique de la région de Québec. Depuis, 172 projets ont été lancés sur la plateforme, pour un taux de réussite de près de 60% et près de 840000$ amassés par plus de 7500 contributeurs-citoyens.

La Ruche vient ainsi de lancer une seconde antenne, à Montréal. Pour son implantation dans la métropole, La Ruche bénéficie du soutien du Mouvement Desjardins et de la Ville de Montréal, en plus d’une aide financière du gouvernement du Québec accordée dans le cadre de l’Entente Montréal 2025, administrée par le Secrétariat à la région métropolitaine. « Notre modèle d’affaires repose sur un prélèvement de 7% sur la somme que chaque projet arrive à rassembler, explique Jean-Sébastien Noël, co-fondateur et responsable de La Ruche. Mais cela ne nous permet pas de subvenir à tous nos besoins. Le soutien financier que nous recevons de la part de nos partenaires nous permet de consolider et de pérenniser notre structure. »

_annonce

Lancement de La Ruche Montréal au Grand Costumier

A l’instar du modèle déployé à Québec, la Ruche Montréal comptera près de 80 ambassadeurs locaux, appelés aussi anges conseils, qui dispenseront des séances de mentorat aux promoteurs de projets, en plus de leur faire profiter de leurs expériences professionnelles ainsi que de leurs réseaux de contacts. Ces sessions de mentorat se tiennent dans le cadre des « Cellules » où les promoteurs ont chacun 30 minutes devant une dizaine d’ambassadeurs pour recevoir des conseils. « Les ambassadeurs sont là pour apporter une touche humaine au sociofinancement. Ces anges conseils proviennent de différents milieux que cela soit celui des nouvelles technologies, de la publicité ou de l’économie collaborative. » Parmi ces ambassadeurs figurent Jean-Martin Aussant, Martin-Luc Archambault ou Fabrice Vil.

Lors de son lancement à Montréal, La Ruche a dévoilé ses sept premiers projets, dont le Grand Costumier de Radio-Canada, qui souhaite amasser 30 000 $ pour assurer la pérennité de son organisation, et des projets contre le gaspillage alimentaire comme BonApp, ou Biquette-à-Montréal qui souhaite introduire l’éco-pâturage dans l’arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie.

La Ruche prévoit ouvrir une troisième antenne en Mauricie dès le 15 juin ainsi que deux à quatre nouvelles plateformes régionales d’ici l’automne prochain. « Nous sommes actuellement en discussion avec des gens d’affaires de six régions qui souhaitent s’approprier le modèle de sociofinancement que nous avons développés. Il s’agit de l’un des meilleurs moyens pour les citoyens de se rassembler et de contribuer au rayonnement et à la vitalité de leur quartier et leur ville. »

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis