The Body Shop profite de son quarantième anniversaire pour dévoiler une stratégie qui a pour objectif de faire d’elle l’entreprise la plus éthique et éco-durable au monde.

À travers ce nouvel engagement en termes de responsabilité sociétale, appelé « Enrich Not Exploit », The Body Shop veut protéger et nourrir l’environnement ainsi que la société à l’aide de toutes ses composantes commerciales, incluant notamment les ingrédients de ses produits, les emballages et les boutiques. « Pour nous, être vraiment éco-durable signifie transformer notre entreprise pour travailler de concert avec les systèmes naturels de la planète afin qu’ils puissent se renouveler et se restaurer. Le 40e anniversaire de The Body Shop est le moment idéal pour réaffirmer notre objectif de leadership dans le commerce éthique», explique Jeremy Schwartz, président-directeur général de The Body Shop.

enrichir_sans_exploiter_infoCe nouveau programme définira la prochaine étape du développement d’affaires de la firme créée par Anita Roddick en 1976 et réputée pour son positionnement responsable. Ainsi le programme « Enrich Not Exploit » a établi 14 objectifs, à réaliser d’ici à 2020, qui se déclinent en trois catégorie ayant pour thèmes la communauté, les produits et la planète. Parmi ces objectifs notons la volonté d’aider 40000 personnes économiquement vulnérables à accéder à du travail ; s’assurer que 100% des ingrédients utilisés sont naturels, traçables et obtenus de manière éco-durable ; protéger 10000 hectares de forêt et d’autres habitats ; alimenter 100 % des boutiques avec de l’énergie renouvelable ou carbo-équilibrée ; ou encore développer et fournir trois nouvelles idées novatrices d’emballages éco-durables.

Racheté par L’Oréal en 2006, The Body Shop a inspiré et aidé le groupe français à faire des progrès importants dans le développement durable, en particulier dans le domaine du commerce communautaire, notamment avec le programme Retailling Sustainably qui impose de privilégier un nombre minimum de fournisseurs locaux pour la conception de leurs produits. Cela a permis à L’Oréal de diminuer ses émissions de GES de 50% et de se fixer un objectif de devenir carbo-neutre d’ici à 2020. Étant la plus grande marque de détail de L’Oréal, The Body Shop estime avoir un rôle majeur à jouer dans la conception, la gestion et l’éco-durabilité de ses boutiques et la relation avec ses clients.

« Nous croyons toujours que les affaires peuvent être une force de bien et peuvent aider à changer le monde, explique Marc-Alexandre Risch, directeur général pour The Body Shop au Canada. Nous anticipons de voir non seulement comment nous pouvons faire la différence à l’échelle globale, mais l’influence positive que nous pouvons avoir à l’échelle nationale au Canada, grâce à toutes nos équipes en boutique s’associant avec des organismes caritatifs locaux et en faisant des levées de fonds pour [nos programmes communautaires]. »

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis