Afin de réduire le gaspillage alimentaire, la start-up montréalaise BonApp veut connecter les personnes désirant donner et recevoir des fruits ou légumes de façon géo-localisée.

Née en mars 2015, BonApp est une plateforme gratuite où chacun pourra bientôt trouver des fruits et légumes dans son quartier en y voyant les points de chute et leur contenu mis à jour en temps réel. Le système de points de chute sera offert aux entreprises, à des partenaires commerciaux et aux individus d’une même communauté. « Nous nous sommes inspirés des initiatives de food sharing en Allemagne qui permettent de donner les restes qui traînent dans son frigo. Ces projets permettent de réduire sensiblement le gaspillage alimentaire tout en connectant les quartiers densément peuplés », explique Geneviève Rousseau, co-fondatrice et responsable du développement des affaires de BonApp.

Selon le Value Chain Management Centre, le gaspillage alimentaire au Canada en 2014 est estimé à une valeur de 31 milliards de dollars, soit une hausse de 15% par rapport à 2010. Les ménages sont responsables de 47% du gaspillage alimentaire, et les fruits et légumes sont les aliments les plus gaspillés. Face à des chiffres aussi élevés, BonApp souhaite se positionner comme un acteur pouvant contrer cette réalité à l’échelle locale. « Notre objectif est de créer une communauté autour de BonApp et de resserrer les liens entre les personnes qui souhaitent consommer de manière plus responsable. En plus de notre service premier, on désire organiser des événements pour que les gens qui sont sensibles à ces enjeux puissent se rencontrer et échanger ensemble sur les différentes manières de réduire sensiblement le gaspillage alimentaire », souligne Geneviève Rousseau.

La start-up souhaite profiter de cette surabondance alimentaire pour inscrire l’économie de partage de manière durable dans la société montréalaise. « Lorsqu’on parle de pratiquer l’abondance cela signifie faire plus avec ce qu’on a déjà. On ne cherche pas à consommer plus mais plutôt mieux en recyclant ceux que d’autres n’ont pas pu consommer tout en réveillant la créativité alimentaire de chacun. Nous croyons qu’il n’y a pas de pouvoir plus grand que celui du partage ».

L’équipe de BonApp a développé une première version du site web et est en train de finaliser l’application qui accompagnera les points de chute, ainsi que le développement de la plateforme qui recensera les quantités de fruits et légumes disponibles. Pour le moment, il existe un point de chute BonApp à l’espace collaboratif La Gare. « Nous avons des bons retours de la part des résidents de La Gare, ils ont la possibilité de donner ou d’échanger leurs fruits et légumes en fin de vie. Ce projet-pilote nous permet d’améliorer certains aspects de notre projet notamment dans les boîtes de conservations de fruits et légumes. Cela nous a permis aussi de réaliser qu’il était important de créer du contenu autour des différents aliments disponibles afin d’inciter à leurs consommation ».

Le lancement officiel de la plateforme aura lieu au début de l’été 2016.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis