Les Jardins de Métis feront appel à une dizaine de moutons pour tondre leurs espaces verts, dans le cadre du projet de design « Les Moutondeuses ».

Un troupeau de 10 moutons remplacera les tondeuses pour l’entretien de trois micro-pâturages aménagés sur le site. L’initiative contribuera à réduire l’empreinte écologique des Jardins de Métis, qui a l’ambition de devenir le jardin le plus vert d’Amérique du Nord. Les moutons sont fournis par des producteurs de la région, la Ferme Agneaux Mitis et Lili Bergère Table Champêtre.

L’initiative est une idée conjointe des Jardins de Métis et de l’École cantonale d’art de Lausanne (ECAL) en Suisse. Dirigé par Stéphane Halmaï-Voisard, un designer d’origine québécoise qui a participé en 2008 au Festival international de jardins, le groupe de 25 étudiants en design industriel a travaillé depuis janvier dernier sur le concept de dix installations pour les moutons : système de clôtures, abri, abreuvoir, point d’observation des moutons, parasols, le coin du berger, etc. Les créations ont été réalisées la semaine dernière par les étudiants.

Une version réduite des installations artistiques sera aménagée à Montréal, à la Place de la Dauversière, à côté du Musée du Château Ramezay.

Le projet des Jardins de Métis s’inscrit dans un contexte où la tendance de l’éco-pâturage gagne en popularité, notamment auprès des municipalités européennes. Les villes de Paris et de Grenoble ont notamment testé l’intégration des moutons en milieu urbain pour remplacer la tondeuse.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis