Grâce à la conception d’une dalle fabriquée à base de verre et de sacs de plastique recyclés, Gaudreau Environnement est parvenu à trouver des débouchés rentables à ces deux « bêtes noires » du recyclage. Un véritable défi considérant qu’historiquement le verre a très peu de valeur et que les sacs de plastique ne sont pas recyclés dans toutes les municipalités du Québec. « Nous sommes une des rares compagnies de gestion des matières résiduelles à posséder un volet recherche et développement. Pour traiter le verre et le plastique recyclés, nous avons eu l’idée de fabriquer un matériau de construction, une dalle écologique », explique Jonathan Houle, directeur de l’amélioration continue, TI et des projets spéciaux chez Gaudreau Environnement.

Cette dalle est composée à 100% de matière recyclée : 75% est du verre provenant de la collecte sélective, et le 25% restant est du plastique de sacs d’épicerie. « Nous avons débuté la production expérimentale le 1er mars. Chaque dalle contient 25 bouteilles de verre et 533 sacs de plastique par pied carré. Notre produit offre donc un grand potentiel de valorisation. » Le matériau de Gaudreau Environnement a été conçu pour des usages diversifiés : devantures de commerces, stationnements, espaces publics… Ses qualités esthétiques en font un matériau intéressant pour des aménagements paysagers et, avec une épaisseur de 100 mm, soit vingt de plus que les dalles présentement sur le marché, il a la capacité de supporter une circulation lourde.

La démarche entamée en 2011 a nécessité une vaste période d’expérimentations et de consultations pour obtenir un produit répondant aux besoins des acheteurs potentiels, les municipalités et les entreprises. Plus d’une vingtaine de propriétés devaient être évaluées : l’albédo (indice de réfraction de la lumière), la compression, la résistance à l’abrasion, le coefficient de friction, la réaction aux variations de température, au gel et dégel. « Travailler avec des matériaux recyclés est un défi en soi, il y a beaucoup de variation dans la qualité de la matière. Cela a donc demandé énormément de tests dans la conception, afin de s’assurer de maintenir de bons résultats, peu importe l’intrant », souligne Jonathan Houle.

Le dialogue établi avec les municipalités, notamment Québec, Stoneham, Rimouski et Baie St-Paul, a permis de tenir compte de préoccupations variées allant de l’épaisseur et du poids des dalles pour soutenir un trafic important et résister au vandalisme, ou encore l’effet du déneigement et des mégots de cigarettes sur le matériau. « C’est du côté des entreprises que sont ressorties des demandes pour un produit écologique, par exemple possédant un albédo plus élevé, autrement dit une dalle de couleur claire pour lutter contre les îlots de chaleur. »

Les premières utilisations des dalles écologiques sont prévues prochainement, dans l’aménagement d’aires de repos situées devant des succursales de la SAQ et des établissements municipaux. Une quinzaine de projets sont planifiés pour le printemps, notamment à l’entrée de la SAQ du Marché Jean-Talon et dans les municipalités de Québec, Rimouski, Saint-Pascal de Kamouraska. « Ces vitrines urbaines sont de petits projets en termes de pieds carrés, mais auront un impact important en termes de visibilité et de sensibilisation. Sur le site de l’aménagement seront installées des fiches explicatives du projet, indiquant notamment la provenance du verre. La SAQ s’avère un très bon partenaire, notamment dans le projet au Marché Jean-Talon, car elle a un rôle d’influence auprès des propriétaires des sites. » Cascades est également impliquée dans l’aménagement des vitrines urbaines et fournit le mobilier produit à partir de plastique recyclé.

L’usine pilote, présentement en fonction à Victoriaville, possède une capacité de traitement de 2500 livres de matière à l’heure. Une nouvelle installation qui permettra de transformer un plus gros volume de matière recyclée devrait ouvrir ses portes au début de l’année 2016. « Il y a déjà une très bonne perception du produit. Nous voulons faire les choses dans le bon ordre pour ce nouveau créneau de notre entreprise. La priorité est d’abord de nous assurer de pouvoir répondre à une forte demande, car notre objectif à très court terme est de transformer des masses importantes de verre recyclé afin de régler une partie de la problématique. »

Cet article est présenté par la SAQ.

sur le même sujet

  • infolettre

    Envoyée tous les jeudis